French

Une coalition de 173 mouvements citoyens et groupes de défense des droits humains, répartis sur tout le territoire de la République démocratique du Congo, a présenté aujourd'hui sa feuille de route pour surmonter la crise politique qui secoue le pays et a appelé le président Joseph Kabila à quitter ses fonctions le 19 décembre, à l'expiration de son second mandat conformément à la limite fixée par la constitution.

Une coalition de 173 mouvements citoyens et groupes de défense des droits humains de la RD Congo présente sa feuille de route pour surmonter la crise politique qui secoue le pays, lors d'une conférence de presse à Kinshasa le 21 octobre 2016.  © Privé

Cette marche à suivre, ont déclaré les membres de cette coalition, est la plus conforme à la constitution congolaise et la plus susceptible d'éviter de nouvelles violences et une instabilité accrue au cours des semaines et des mois à venir.

Les membres de la société civile ont déclaré que M. Kabila et ses proches devraient alors voir assurer leur sécurité ainsi que d'autres garanties, dans le respect des traités internationaux, de la constitution et de la législation nationale. Le président du Sénat assurerait alors l'intérim de la présidence, en conformité avec les articles 75 et 76 de la constitution congolaise.

Ces groupes, parmi lesquels figurent les mouvements de jeunes pro-démocratie Filimbi et LUCHA, l'Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ, une organisation de défense des droits humains), et la coalition connue sous le nom de Chemin de la Paix et menée par Denis Mukwege, ont également appelé à la création d'un forum inclusif qui chercherait à dégager un consensus sur un nouveau calendrier électoral, prévoyant la tenue d'élections présidentielle et législatives avant la fin de l'année 2017. Les élections devaient initialement se tenir en novembre 2016. Ce forum serait également chargé de la réorganisation de la commission électorale nationale et de déterminer comment serait gérée la période précédant les élections présidentielles et législatives.

La coalition a appelé les acteurs politiques et les dirigeants religieux congolais, le Conseil de sécurité des Nations Unies, et les autorités régionales et sous-régionales d'Afrique à soutenir cette feuille de route, afin d'éviter que la RD Congo ne « dérive dangereusement vers l’anarchie et le chaos » et de « préserver l’ordre constitutionnel ».

La feuille de route est une réponse à l'accord du « dialogue national » conclu mardi, lequel appelait au maintien de Joseph Kabila dans ses fonctions au-delà de l'expiration de son mandat et qui a été rejeté par la plupart des grands partis d'opposition congolais et par de nombreuses autres parties.

Quelques heures seulement avant la conférence d'aujourd'hui, les forces de sécurité ont arrêté une douzaine d'activistes du mouvement de jeunes pro-démocratie LUCHA, alors qu'ils protestaient contre l'accord de mardi devant le bureau de l'Union africaine à Kinshasa. Ils ont été remis en liberté ce soir.

Dans une déclaration diffusée plus tôt dans la journée, la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) a elle aussi exhorté les politiciens à renégocier les conclusions du dialogue national et à faire en sorte qu'une élection présidentielle ait lieu en 2017. « Il est impérieux qu’il soit clairement mentionné dans le consensus à trouver que l’actuel Président de la République ne se représentera pas pour un troisième mandat », affirme cette structure de l’Église catholique. Les évêques ont également rejeté la décision prise plus tôt dans la semaine par la Cour Constitutionnelle d'autoriser la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à reporter la convocation des élections, décision qui a été prise en dépit d'une apparente violation des règles de la Cour en matière de quorum.

Les dirigeants régionaux et les envoyés spéciaux pour la région des Grands Lacs se réuniront la semaine prochaine à Luanda, en Angola, afin de discuter de la crise en RD Congo. Espérons que leurs discussions aideront à ouvrir la voie vers une solution de nature à éviter davantage de violence, de répression, et d'instabilité dans les semaines et les mois à venir.

Author
Teaser

Une coalition de 173 mouvements citoyens et groupes de défense des droits humains, répartis sur tout le territoire de la République démocratique du Congo, a présenté aujourd'hui sa feuille de route pour surmonter la crise politique qui secoue le pays et a appelé le président Joseph Kabila à quitter ses fonctions le 19 décembre, à l'expiration de son second mandat conformément à la limite fixée par la constitution.