La Turquie traverse depuis quatre années une crise des droits humains, marquée par une érosion progressive de l’état de droit et des garanties démocratiques fondamentales. Les institutions judiciaires sont en partie contrôlées par le pouvoir exécutif, et soumises à des pressions politiques menant à des poursuites visant des opposants, des activistes ou des journalistes perçus comme des détracteurs du gouvernement présidé par Recep Tayyip Erdoğan. D’un autre côté, la Turquie est un pays d’accueil pour 3,7 millions de réfugiés syriens, ainsi que pour des demandeurs d'asile originaires d'Afghanistan et d'autres pays.

Vidéos

Watch more

News