France

Les pouvoirs de la France en matière de lutte contre le terrorisme laissent la porte ouverte aux abus. Une loi antiterroriste de novembre 2017 a incorporé certains pouvoirs d’urgence dans le droit commun, donnant aux autorités des pouvoirs sans garanties judiciaires, et qui mettent à mal les droits à la liberté, à la sécurité, à la liberté de mouvement, au respect de la vie privée, et à la liberté d’association et d’expression. La police française a fait un usage excessif de la force lors de manifestations parfois violentes à Paris fin 2018 et début 2019, causant des blessures à des manifestants pacifiques. Le gouvernement n'a pas réussi à mettre en place les réformes nécessaires pour lutter contre les contrôles d'identité discriminatoires de la part de la police. Les demandeurs d'asile et les migrants sont parfois victimes d'abus policiers. Les évaluations défectueuses de l'âge des enfants migrants non accompagnés à Paris excluent un grand nombre d'entre eux de la prise en charge prévue par la loi.

Agir

#ProtectSchools