Mali

La situation des droits humains au Mali s’est gravement détériorée en 2018, des groupes islamistes armés ayant considérablement intensifié leurs attaques visant les populations civiles, l’armée ayant commis des atrocités lors d’opérations de lutte contre le terrorisme et les violences intercommunautaires ayant fait des centaines de morts et provoqué une crise humanitaire. Le processus de paix envisagé pour mettre un terme à la crise politico-militaire de 2012-2013 dans le nord du pays n’a guère avancé, notamment en matière de désarmement et de rétablissement de l’autorité de l’État. Le phénomène de banditisme généralisé s’est poursuivi dans un climat de vide sécuritaire de plus en plus grave. Dans le centre du Mali, les attaques perpétrées par des groupes islamistes, notamment au moyen d’engins explosifs placés sur les axes routiers, ont été plus nombreuses qu’en 2017, provoquant la mort de nombreux villageois. Les opérations de lutte contre le terrorisme menées par l’État se sont soldées par des dizaines d’exécutions sommaires et de mauvais traitements.