Une famille émerge d'une tranchée où elle s’était réfugiée quand 12 bombes ont été larguées sur le village de Kauda (Kordofan du Sud), au Soudan, détruisant trois maisons et blessant un homme.

© 2015 Giovanni Diffidenti

(Nairobi, le 7 mai 2015) - Les frappes aériennes fréquemment menées par le gouvernement soudanais dans la région des monts Nouba, dans l’État du Kordofan du Sud, continuent de tuer et de mutiler des enfants, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. En outre, le blocage de l'aide humanitaire a provoqué une crise sanitaire et perturbé le système de scolarisation dans la région touchée par le conflit.

En avril 2015, Human Rights Watch a visité 13 villes et villages dans les zones tenues par les rebelles dans la région des monts Nouba, dans l’État du Kordofan du Sud, qui ont été fait l’objet de multiples frappes aériennes et tirs d’artillerie au cours de l’année dernière. Les chercheurs ont examiné plus particulièrement la façon dont les exactions commises lors du conflit affectent en premier lieu les enfants.

« Des enfants sont déchiquetés par les bombes ou brûlés vifs avec leurs frères et sœurs », a déclaré Daniel Bekele, directeur de la division Afrique à Human Rights Watch. « Il y a une pénurie de nourriture et de soins de santé de base, une entrave à l’accès à l'éducation, et la situation ne fait qu'empirer. »

Les attaques illégales perpétrées par le gouvernement soudanais contre les civils, tout comme le blocage d'aide humanitaire essentielle, devraient faire l’objet d’enquêtes approfondies en tant que crimes de guerre présumés, a ajouté Human Rights Watch. Le Conseil de sécurité des Nations Unies, en fonction des résultats de ces enquêtes, devrait imposer un embargo sur les armes dans la zone de conflit. Le conseil devrait également décréter des interdictions de voyage ainsi que des gels d’avoir à l’encontre des personnes dans les deux camps portant la plus grande part de responsabilité dans le blocage de l’aide humanitaires.

Les combats opposant les forces gouvernementales soudanaises à l'Armée populaire de libération du Soudan-Nord (SPLA-N) ont éclaté en juin 2011 à la suite des élections contestées au Kordofan du Sud, et se sont rapidement propagées à l'État voisin du Nil Bleu.

Communiqué intégral en anglais (incluant des témoignages) :

www.hrw.org/news/2015/05/06/sudan-bombing-campaign-s-heavy-toll-children