Dennis Christensen, citoyen danois et adepte des Témoins de Jéhovah (derrière la vitre), parle avec son interprète au Tribunal du District de Zheleznodorzhy à Orel, en Russie, le 28 janvier 2019.

 

© 2019 Human Rights Watch

(Moscou, le 6 février 2019) – La condamnation par un tribunal russe de Dennis Christensen, un adepte des Témoins de Jéhovah et citoyen danois, à six ans de prison sur la base d’accusations d’« extrémisme » liées à la pratique de sa religion, constitue une violation flagrante des droits à la liberté de religion et d’expression, a déclaré aujourd'hui Human Rights Watch.. Les autorités russes devraient immédiatement annuler ce jugement et libérer Christensen.

Ce verdict a été prononcé dans le cadre d’une campagne de grande ampleur menée à travers la Russie par les forces de l'ordre contre les Témoins de Jéhovah. Les autorités russes ont engagé des poursuites contre plus de 100 Témoins de Jéhovah accusés d’« extrémisme » criminel depuis l’interdiction de cette organisation par la Cour suprême en 2017.

« Le verdict prononcé contre Dennis Christensen est une honte », a déclaré Rachel Denber, directrice adjointe de la division Europe et Asie centrale à Human Rights Watch pour. « Il est choquant de constater que, dans la Russie post-soviétique, les autorités font subir des enquêtes criminelles voire des peines de prison à des personnes qui ne font que pratiquer pacifiquement leur religion. »

Russie : Un Témoin de Jehovah condamné à six ans de prison

La condamnation de Dennis Christensen, citoyen danois et adepte des Témoins de Jéhovah, à six ans de prison sur la base d’accusations d’« extrémisme » constitue une grave violation du droit à la liberté de religion, selon Human Rights Watch qui appelle à sa libération.

Dennis Christensen, 47 ans, se trouvait en détention préventive depuis 20 mois, à la suite de son arrestation en mai 2017. Son avocat a déclaré à Human Rights Watch qu'il comptait faire appel de sa condamnation.

Les autorités russes devraient immédiatement abandonner les accusations d’extrémisme contre tous les Témoins de Jéhovah, libérer les personnes détenues et mettre un terme à la persécution de ces personnes, a déclaré Human Rights Watch.

Titulaire d'un permis de séjour en Russie depuis 2000, Dennis Christensen avait été arrêté le 25 mai 2017 dans la ville d’Orel, lors d'une descente de police durant un office religieux des Témoins de Jéhovah, au cours duquel il avait prononcé un sermon.  Les autorités l’ont accusé d'avoir « organisé les activités d'une organisation religieuse extrémiste », aux termes de l'article 282.2 (1) du Code pénal russe.

Par le biais d’une décision rendue un mois auparavant, en avril 2017, la Cour suprême de Russie a interdit toutes les organisations de Témoins de Jéhovah dans ce pays.

Vingt-deux adeptes des Témoins de Jéhovah sont actuellement en détention en Russie et attendent d’être jugés pour extrémisme, et 25 autres adeptes sont assignés à résidence surveillée.

En tant qu’État membre du Conseil de l'Europe et État partie à la Convention européenne des droits de l'homme, la Russie est tenue de protéger les droits à la liberté de religion et d'association. Le gouvernement a précédemment été reconnu coupable en 2010 de violation de cette Convention après avoir pris des mesures visant à dissoudre des communautés de Témoins de Jéhovah (Témoins de Jéhovah de Moscou c. Russie, requête n ° 302/02).

Communiqué complet en anglais :

www.hrw.org/news/2019/02/06/russia-jehovahs-witness-convicted

------------------

Dans les médias

La Croix   Le Monde   Euronews  Courrier Int.

Tweets