Les anneaux olympiques encadrés par les mascottes des JO d'hiver 2018 de PyeongChang, sur la plage de Gyeongpodae (Gangneung) en Corée du Sud, photographiés le 31 octobre 2017.

© 2017 Kim Hong-Ji/Reuters

(Séoul, le 8 février 2018) – Alors que la Corée du Sud s’apprête à accueillir les Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang qui débuteront le 9 février 2018, le président Moon Jae-In devrait intensifier les réformes relatives aux droits humains et amnistier les syndicalistes emprisonnés, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui.

« Alors que les Jeux olympiques dhiver souvrent à PyeongChang, le monde a les yeux tournés vers la Corée du Sud », a déclaré Brad Adams, directeur de la division Asie à Human Rights Watch. « Avec son passé dactiviste étudiant et davocat des droits humains, le président Moon Jae-In est particulièrement bien placé pour mettre les droits humains au cœur de son administration et accélérer les réformes nécessaires. »

Depuis la fin de la dictature militaire, à l’époque des Jeux olympiques d’été de 1988, la Corée du Sud s’est révélée une société ouverte, dotée d’un débat actif, quoique polarisé, autour des droits humains. Les protestations et manifestations y sont fréquentes, comme celles qui ont renversé le gouvernement de Park Geun-Hye.

Les remarques émises par Human Rights Watch au sujet des droits humains, détaillées dans son Rapport mondial 2018, visent notamment à promouvoir et protéger les droits des travailleurs, à veiller que les droits des personnes vivant avec le VIH soient respectés, à lutter contre la discrimination envers les personnes LGBT dans l’armée et la société, à abroger les lois punissant l’avortement qui mettent en danger la vie des femmes et à réformer les lois draconiennes pénalisant la diffamation, utilisées de longue date pour réduire au silence les groupes et les publications qui critiquent le gouvernement. Le gouvernement devrait également mettre fin au harcèlement des leaders syndicaux et à l’instrumentalisation des législations du pays portant sur la sécurité.

En Corée du Sud, les syndicalistes rencontrent beaucoup de difficultés pour réclamer des salaires plus équitables ou des conditions plus sûres pour les travailleurs. Beaucoup d’entre eux sont toujours emprisonnés. Dans le cadre des préparatifs des Jeux de PyeongChang, il a été rapporté que des travailleurs participant à la construction des sites et infrastructures olympiques n’avaient pas été payés et que trois d’entre eux avaient trouvé la mort sur les chantiers des Jeux olympiques.

Une délégation de 400 athlètes nord-coréens prendront part aux Jeux de PyeongChang, ce qui représente un rapprochement inédit entre les deux Corées. La présence de la Corée du Nord fournit une occasion importante d’examiner la situation des droits humains dans ce pays, a déclaré Human Rights Watch, et de diriger les projecteurs sur la nécessité d’améliorer concrètement la vie du peuple nord-coréen, qui souffre depuis si longtemps.

« La décision de la Corée du Sud de prendre part aux cérémonies douverture aux côtés de la Corée du Nord sous un drapeau unifié et de présenter une équipe commune de hockey sur glace féminin est un événement notable », a conclu Brad Adams. « Mais cette collaboration ne devrait pas profiter quà la machine de propagande de Kim Jong-Un, il faut lutiliser pour diriger lattention du monde vers les abus commis envers le peuple nord-coréen. »

--------------

Et aussi :