Deux filles palestiniennes marchent devant l’école de la communauté de Khan al-Ahmar, en Cisjordanie, le 6 septembre 2018.

© 2018 Ahmad Gharabli/AFP/Getty Images

Les habitants de Khan al-Ahmar pensaient avoir trouvé un moyen d’éviter la réglementation discriminatoire mise en place par Israël pour l’obtention de permis de construire dans la Zone C de la Cisjordanie. Un permis de construire n'étant requis que pour les structures en béton, c’est avec de l'argile et 2 200 vieux pneus qu’ils ont construit leur école, où 160 enfants de cinq villages suivent des cours.

Ce plan n'a toutefois pas fonctionné. L’armée israélienne, qui exerce un contrôle exclusif sur toute planification dans la zone C, n’a alloué que 1 % de ce territoire à la construction d’édifices palestiniens, et refuse la majorité des demandes de permis palestiniens.

Aucune exception n’a été faite pour Khan al-Ahmar. Depuis quelques années, les autorités israéliennes ont émis des ordres de démolition visant l’école et les autres structures de ce petit village de 180 habitants, situé à l’est de Jérusalem, invoquant l’absence de permis de construire appropriés. Le 5 septembre, la Cour suprême d’Israël a rejeté plusieurs appels, et a donné son feu vert à la démolition de ces structures..

Le droit international interdit à une puissance occupante de détruire des biens, y compris des écoles, sauf dans les cas où de telles destructions seraient rendues « absolument nécessaires » dans le cadre d’opérations militaires. Transférer des civils vers une autre partie du territoire occupé, que ce soit par la force directe ou la contrainte indirecte, constitue un crime de guerre en vertu de l’article 8 du Statut de Rome, traité fondateur de la Cour pénale internationale.

D'autres États ont également le devoir de s'assurer que les Conventions de Genève sont respectées, et devraient indiquer clairement aux responsables israéliens qu’en cas de démolition de Khan al-Ahmar, les individus impliqués dans cette décision risquent de faire l’objet d’enquêtes et de poursuites judiciaires engagées à l’extérieur d’Israël.

Texte intégral en anglais :

www.hrw.org/news/2018/09/16/demolition-palestinian-community-imminent

-----------

Tweets