Rassemblement de membres de l'organisation paramilitaire Azov, de membres du parti nationaliste Svoboda (« Liberté »), et de divers groupes d'extrême droite à Kiev, en Ukraine, le 14 octobre 2017.

© REUTERS/Gleb Garanich

(Kiev, le 26 juin 2018) - Des ultranationalistes ont attaqué un camp de Roms près de Lviv dans l'ouest de l'Ukraine le 23 juin 2018, tuant une personne et en blessant plusieurs autres, dont un enfant, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui.

Selon les médias, il s'agit de la sixième attaque contre des camps de Roms en Ukraine au cours des deux derniers mois, après trois attaques commises à Kiev, une précédente agression à Lviv, et une attaque perpétrée à Ternopil, également dans l'ouest du pays.

« Cette attaque devrait inciter la police ukrainienne à enfin prendre des mesures décisives contre les crimes haineux », a déclaré Tanya Cooper, chercheuse sur l’Ukraine à Human Rights Watch. « Les groupes radicaux n'ont pas été tenus responsables de précédentes attaques contre les Roms, ce qui les a enhardis et a mené à de nouvelles agressions. Et maintenant, une personne est décédée. »

Un groupe d'hommes cagoulés a attaqué le camp de Roms, situé dans un bois près de Lviv, dans la nuit du samedi 23 juin. Selon les médias, les assaillants étaient armés de couteaux et ont tué un homme de 24 ans. Ils ont grièvement blessé quatre autres personnes – deux hommes âgés de 19 ans, une femme de 30 ans, et un garçon âgé de 10 ans.

Les suspects seraient des membres d'un groupe radical dénommé « Jeunes sobres et en colère ». Certains membres de ce groupe ont des liens avec l'ancien bataillon de volontaires Azov, qui a combattu dans l'est de l'Ukraine et a fait l’objet de nombreuses allégations de détention illégale, de torture et d'autres abus.

Le 14 juin, Human Rights Watch, Freedom House, Amnesty International et Front Line Defenders ont conjointement adressé une lettre ouverte au ministre ukrainien de l'Intérieur Arsen Avakov et au Procureur général Youri Loutsenko. Les quatre organisations ont condamné le nombre croissant de crimes haineux en Ukraine et l'impunité dont jouissent les responsables, et ont appelé les forces de l'ordre à prendre d'urgence des mesures pour arrêter et punir les auteurs de telles attaques.

Communiqué intégral en anglais :

www.hrw.org/news/2018/06/26/ukraine-fatal-attack-roma-settlement

-----------------