Skip to main content

Asie du Sud : Face aux violences sexuelles, il faut renforcer les actions judiciaires et les services

Les appels à la peine de mort pour les violeurs ignorent le besoin de mettre en place de véritables solutions dans la région

(New York, le 17 décembre 2020) - Les gouvernements sud-asiatiques devraient ignorer les appels populiste a la peine de mort pour des violeurs, et écouter leurs propres expertes pour empêcher et faire cesser les violences sexuelles à l'égard des femmes, a déclaré Human Rights Watch dans une vidéo diffusée aujourd'hui. Des expertes d'Afghanistan, du Bangladesh, Inde, des Maldives, du Népal, du Pakistan, et du Sri Lanka évoquent la vague de manifestations dans la région, provoquées par la mauvaise gestion par le gouvernement de certaines affaires de violences sexuelles très médiatisées.

« Les femmes et les filles en Asie du Sud en ont assez de l’incapacité de leurs gouvernements à lutter contre les violences sexuelles », a déclaré Meenakshi Ganguly, directrice pour l'Asie du Sud de Human Rights Watch. « Cela fait longtemps qu’elles voient leurs gouvernements en train de tolérer - ou même de faciliter - l'impunité pour les violences sexuelles, et maintenant elles descendent dans la rue pour exiger des changement. »

Ces étudiantes bangladaises manifestaient silencieusement contre l'impunité trop fréquente pour les violeurs, le 8 octobre 2020, suite à un viol collectif qu’aurait subi une jeune femme dans le district de Noakhali, au sud de Dhaka. © 2020 Rehman Asad/NurPhoto via AP

Communiqué complet en anglais : en ligne ici.

------------------

Tweets

Your tax deductible gift can help stop human rights violations and save lives around the world.