Skip to main content

Allemagne : Début du procès de deux Syriens accusés de torture

Le principe de compétence universelle ouvre la voie à la justice

Le principe de compétence universelle offre un espoir de justice aux victimes des terribles crimes commis en Syrie. Illustration © 2017 Brian Stauffer pour Human Rights Watch

(Berlin, le 23 avril 2020) - L’ouverture en Allemagne d'un procès historique de deux hommes soupçonnés d'être d'anciens responsables des services de renseignement syriens, et suspectés de complicité dans des crimes contre l'humanité, est selon Human Rights Watch une étape importante dans la quête de justice pour les victimes. C’est au tribunal de grande instance de Coblence qu’a lieu le premier procès d’agents de l'État syrien pour des actes de torture commis lors du conflit armé brutal qui dure depuis près de dix ans dans ce pays.

« Ce procès est un moment décisif  dans la quête de justice pour les victimes de graves crimes subis en Syrie », a déclaré Balkees Jarrah, directrice adjointe du programme Justice internationale à Human Rights Watch.

Les deux accusés sont Anwar R., suspecté d’être un ancien officier de la Direction générale du renseignement syrien, l'une des quatre agences de renseignement collectivement appelées « mukhabarat », et Eyad A., un ancien agent du renseignement de rang inférieur. Leurs noms de famille ont été remplacées par des initiales par les autorités allemandes, conformément à la législation nationale sur la vie privée.

Leur procès en Allemagne est tenu en vertu du principe de compétence universelle, qui permet aux autorités et tribunaux de divers États de mener des enquêtes et des poursuites dans le cas des crimes les plus graves selon le droit international, quel que soit le pays où ces crimes ont été commis et quelle que soit la nationalité des suspects ou des victimes.

Les deux prévenus auraient fait défection en 2012. Les autorités allemandes ont indiqué qu'Anwar R. et Eyad A. sont respectivement arrivés en Allemagne en juillet 2014 et en avril 2018, avant d’y déposer des demandes d'asile.

Le gouvernement syrien continue de détenir et de maltraiter des personnes dans les zones sous son contrôle. Dans les zones reconquises et précédemment contrôlées par des groupes antigouvernementaux, les forces de sécurité syriennes ont arrêté des centaines d’activistes, d'anciens chefs de l'opposition et même des membres de leurs familles, malgré la signature d’accords de réconciliation garantissant que de telles arrestations n’auraient pas lieu.

Communiqué complet en anglais :

www.hrw.org/news/2020/04/23/germany-syria-torture-trial-opens

-------------------

Articles

Le Monde    Libération    Le Parisien

Tweets

Your tax deductible gift can help stop human rights violations and save lives around the world.

Région/Pays