Les belligérants participant au conflit en Syrie continuent de ne pas tenir compte des droits humains et du droit international humanitaire. Plus de 400 000 personnes sont décédées en raison du conflit depuis 2011. Le gouvernement syrien, avec le soutien de ses alliés, a utilisé des armes chimiques interdites, recouru à des attaques indiscriminées illégales et suspendu l'aide humanitaire. Des groupes antigouvernementaux ont mené des attaques indiscriminées contre les zones détenues par le gouvernement, parfois en empêchant la fuite de civils. Les deux camps ont procédé à des détentions arbitraires, des enlèvements et des tortures. Vers la fin des combats contre l'Etat islamique, les frappes aériennes de la coalition dirigée par les États-Unis ont causé des pertes civiles, et leurs alliés kurdes ont restreint la possibilité pour les personnes déplacées de fuir vers des lieux plus sûrs. La Syrie et la Russie ont appelé au retour des personne réfugiées dans d’autres pays, et la Syrie a adopté des lois pour faciliter la reconstruction, tout en continuant à violer les droits humains.

Vidéos

Watch more

News