Une foule de policiers anti-émeute, rassemblés sur le campus de l'université Jawaharlal Nehru à New Delhi, en Inde, le 5 janvier 2020.

© 2020 Reuters/Adnan Abidi

(New York, le 7 janvier 2020) - La police indienne n'est pas intervenue lorsque des partisans présumés du parti au pouvoir Bharatiya Janata (BJP) ont agressé des étudiants à Delhi le 5 janvier 2020, a déclaré aujourd'hui Human Rights Watch. Des témoins ont rapporté que des dizaines d'hommes masqués et plusieurs femmes munis de bâtons, de marteaux et de briques ont pénétré le campus de l'Université Jawaharlal Nehru (JNU) et criant des slogans nationalistes hindous pro-gouvernementaux ; ils se sont livrés à des violences pendant environ trois heures, blessant plus de 30 personnes, principalement des étudiants mais aussi des enseignants.

La police de Delhi a officiellement ouvert une enquête pour « émeutes et voies de fait » ; mais une vidéo montre des policiers qui permettent à des assaillants, dont plusieurs sont munis de barres de fer et de bâtons de fer, de quitter le campus sans tenter de les stopper ou de les interroger.

« Les étudiants et les enseignants ont exhorté la police à intervenir lors de l'attaque à l'Université Jawaharlal Nehru, mais les policiers sont restés passifs et ont permis aux assaillants de quitter les lieux », a déclaré Meenakshi Ganguly, directrice de Human Rights Watch pour l'Asie du Sud.

Selon des étudiants interrogés par Human Rights Watch, de nombreux assaillants étaient membres de l'Akhil Bharatiya Vidyarthi Parishad (ABVP), un groupe d'étudiants affilié au BJP.

La passivité de la police lors de cet incident contrastait nettement avec le recours excessif à la force employé au cours des dernières semaines contre les manifestants, dont de nombreux étudiants, qui protestaient contre la nouvelle loi sur la citoyenneté.

L'Article premier du Code de conduite de l’ONU pour les responsables de l'application des lois stipule : « Les responsables de l'application des lois doivent s'acquitter en tout temps du devoir que leur impose la loi en servant la collectivité et en protégeant toutes les personnes contre les actes illégaux, conformément au haut degré de responsabilité qu'exige leur profession. »

Les autorités indiennes devraient enquêter rapidement et en toute impartialité d’une part sur les allégations d'abus par la police, et d’autre part sur leur non-intervention lors de l'attaque par une  foule perpétrée sur le campus de  l'Université Jawaharlal Nehru, a déclaré Human Rights Watch.

Communiqué complet en anglais :

www.hrw.org/news/2020/01/07/india-police-fail-protect-students

-------------

Dans les médias

RFI   La Croix

Tweets