Le défenseur des droits humains Nabeel Rajab lors de son arrivée au tribunal de Manama Bahreïn), peu avant l’audience d'appel au sujet de son affaire, le 11 février 2015.

© 2015 Reuters

(Beyrouth, le 22 février 2018) - Le Haut Tribunal pénal de Bahreïn a condamné le défenseur des droits humains Nabeel Rajab à cinq ans de prison pour avoir critiqué le recours à la torture dans une prison de ce pays, ainsi que les frappes aériennes menées par l’Arabie saoudite au Yémen, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. Cette nouvelle peine vient s'ajouter à la peine de deux ans que Rajab purge déjà à la suite d'autres accusations liées à des propos exprimés de manière pacifique.

« La nouvelle peine de prison imposée à Nabeel Rajab n’est que le dernier exemple de la persécution depuis plusieurs années d’un activiste que l’on veut réduire au silence en raison de ses alertes au sujet de violations des droits humains », a déclaré Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch. « Rajab n'aurait jamais dû faire face à de telles accusations ni passer un seul jour en prison suite à celles-ci. »

Les autorités ont arrêté Rajab, directeur du Centre pour les droits de l'homme de Bahreïn (BCHR) et Secrétaire général adjoint de la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH), le 2 avril 2015, suite à ses propos sur les médias sociaux qui comprenaient des allégations de torture dans la prison de Jaw à Bahreïn. Les autorités l'ont libéré provisoirement pour des raisons humanitaires le 13 juillet 2015, mais l'ont à nouveau arrêté le 13 juin 2016, après qu’il ait critiqué lors d’interviews télévisées le refus des autorités bahreïniennes d'autoriser certains journalistes et des organisations de défense des droits humains à se rendre dans le pays.

Rajab est membre du Comité consultatif de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord de Human Rights Watch.

Communiqué intégral en anglais (plus détaillé) :

https://www.hrw.org/news/2018/02/22/bahrain-5-more-years-jailed-activist

------------------

Tweets :