La situation des droits humains à Bahreïn est très préoccupante. Des tribunaux ont condamné des dirigeants de l'opposition et des défenseurs des droits humains, dont l’activisme était pacifique, à des peines de prison.  Les forces de sécurité maltraitent et menacent régulièrement les suspects, afin de les contraindre à signer des aveux. Les autorités ont recouru à des exécutions, souvent après des procès inéquitables entachés d'allégations de torture. Les tribunaux ont dépouillé la citoyenneté de centaines de personnes, devenues ainsi apatrides, et ont expulsé des dizaines de dissidents, de journalistes et d'avocats. En 2017, les autorités ont fermé le seul journal indépendant du pays, et ont dissous les partis d'opposition, dont les membres n’ont ensuite pas pu se présenter aux élections législatives de novembre 2018.

Vidéos

Watch more

News