Carte montrant la destruction de villages rohingyas dans l'État de Rakhine, dans le nord de la Birmanie (Myanmar) en octobre - novembre 2017.

© 2017 Human Rights Watch

(New York, le 18 décembre 2017) - L'analyse d’images satellite révèle de nouvelles destructions de villages rohingyas en octobre et novembre 2017 dans l'État de Rakhine (Arakan) dans le nord de la Birmanie, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui.

Human Rights Watch a identifié 40 villages dans lesquels de nombreux édifices ont ete détruits en octobre et novembre, ce qui signifie qu’au total 354 villages ont été partiellement ou complètement détruits depuis le 25 août 2017. Durant cette période, des milliers de Rohingyas ont fui la Birmanie, rejoignant les centaines de milliers déjà réfugiés au Bangladesh.

Villages rohingyas avant et après la destruction Villages rohingyas avant et après la destruction

Images satellite montrant des villages dans la commune de Maungdaw, dans l'État de Rakhine en Birmanie, le 6 novembre 2017 (avant les opérations de destruction) et le 2 décembre 2017 (après ces opérations).

Avant : © 2017 Digital Globe Après : © 2017 Digital Globe

 « La destruction de villages rohingyas par l'armée birmane dans les jours qui ont suivi la signature d'un accord de rapatriement de personnes déjà réfugiées au Bangladesh montre que cet accord ne représentait qu’une opération de relations publiques », a déclaré Brad Adams, directeur de la division Asie à Human Rights Watch.

Les récentes destructions par le feu ont eu lieu entre le 25 novembre et le 2 décembre dans quatre villages.

Depuis fin août 2017, l'armée birmane a mené une campagne caractérisée par des meurtres, des viols, des arrestations arbitraires et des incendies dans des centaines de villages principalement rohingyas dans l'État de Rakhine, forçant plus de 655 000 Rohingyas à fuir vers le Bangladesh voisin. Selon Human Rights Watch, les actes commis dans cette campagne de nettoyage ethnique constituent des crimes contre l'humanité.

« Le Conseil de sécurité de l'ONU et les gouvernements concernés ne devraient pas rester passifs face à ces nouvelles preuves d'attaques contre la communauté Rohingya », a déclaré Brad Adams. « Des sanctions ciblées devraient être immédiatement imposées maintenant à l’encontre des individus ayant ordonné et perpétré ces crimes contre l'humanité. »

Communiqué complet en anglais : www.hrw.org/news/2017/12/17/burma-40-rohingya-villages-burned-october

 

(Vidéo, sous-titres via cc) – Témoignages sur le massacre perpétré par l’armée birmane dans le village rohingya de Tula Toli dans l’État de Rakhine (Arakan) le 30 août 2017, recueillis par HRW qui appelle à des poursuites contre les auteurs de ces graves crimes.

-----------------