(Dakar, le 17 mai 2016) – Human Rights Watch diffuse aujourd’hui une nouvelle vidéo intitulée « Hissène Habré – Temps forts d’un procès historique » sur le procès de l’ancien dictateur du Tchad, Hissène Habré, qui se tient au Sénégal. À l’issue des plaidoiries le 11 février 2016, la cour a annoncé que le verdict serait rendu le 30 mai. Habré est jugé pour crimes contre l’humanité, torture et crimes de guerre devant les Chambres africaines extraordinaires établies au sein des juridictions sénégalaises.

Les temps forts du procès à Dakar de l’ex-dictateur du Tchad, Hissène Habré, qui a débuté le 20 juillet 2015 et s’est achevé le 30 mai 2016, lorsqu’il a été reconnu coupable de torture, crimes de guerre et crimes contre l’humanité lors de ses années au pouvoir (1982-90).

Avec le procès Habré, qui a débuté le 20 juillet 2015, c’est la première fois dans le monde qu’un ancien chef d’État est jugé par des juridictions d’un pays étranger pour de graves violations des droits humains. Les auditions des témoins et des parties civiles, qui ont duré 52 jours, ont pris fin en décembre, et ont été suivies des plaidoiries en février. La nouvelle vidéo de Human Rights Watch met en lumière les temps forts du procès.

« Il aura fallu 25 ans de travail sans relâche de la part des victimes tchadiennes pour que ce procès ait lieu », a déclaré Reed Brody, conseiller juridique à Human Rights Watch qui travaille aux côtés des victimes depuis 1999. « Nous espérons que d’autres survivants et d’autres activistes, seront inspirés par ce que les victimes de Hissène Habré ont réussi à faire. »

Une équipe de Human Rights Watch sera présente à Dakar à partir du 25 mai, tout comme les dirigeants des associations de victimes et les avocats des victimes. Des représentants de Human Rights Watch seront également disponibles à Paris pour des interviews.

Hissène Habré est accusé de milliers d’assassinats politiques et de l’usage systématique de la torture pendant son régime, de 1982 à 1990, lorsqu’il a été renversé par l’actuel président Idriss Deby Itno et a fui au Sénégal. Après une campagne de 22 ans menée par les victimes, les Chambres ont inculpé Habré en juillet 2013 de crimes contre l’humanité, torture et crimes de guerre et l’ont placé en détention provisoire. Après une instruction de 19 mois, les juges d’instruction des Chambres africaines extraordinaires ont statué qu’il y avait suffisamment de preuves et ont renvoyé Habré  en jugement le 13 février 2015.

Les questions et réponses de Human Rights Watch contiennent des informations sur l’historique de l’affaire, ainsi que des informations détaillées sur le procès et sur les Chambres africaines extraordinaires.

------------

À écouter :

Interview de Reed Brody (HRW) – BBC 17.05.16 (en anglais)