Skip to main content

Arabie saoudite : Libérer deux enfants adultes d'un ex-fonctionnaire

La fille et le fils de Saad al-Jabri, qui vit en exil au Canada, auraient été arrêtés pour l’inciter à retourner au royaume

(Beyrouth, le 25 mai 2020) - Les autorités saoudiennes continuent de détenir au secret deux enfants adultes d'un ancien fonctionnaire qui ont été arrêtés par les forces de sécurité en mars 2020, a déclaré aujourd'hui Human Rights Watch. Omar al-Jabri, 21 ans, et Sarah al-Jabri, 20 ans, sont les enfants de Saad al-Jabri, un ancien haut responsable des services de renseignement qui vit en exil au Canada depuis 2017. Les forces de sécurité ont également arrêté le frère de Saad al-Jabri en mai. 

Selon une source interrogée par Human Rights Watch, d’autres membres de la famille soupçonnent que le but de ces arrestations est de contraindre Saad al-Jabri à retourner en Arabie saoudite. Cet ex-conseiller de l'ancien prince héritier Mohammed bin Nayef était aussi l’un des principaux interlocuteurs saoudiens pour les agences de renseignement occidentales. L’arrestation de ses enfants est survenue 10 jours après celles du prince Mohammed bin Nayef et du prince Ahmed bin Abdulaziz, frère du roi Salman et oncle de Mohammed ben Salmane, l’actuel dirigeant du royaume. Les autorités saoudiennes devraient immédiatement fournir aux proches de Sarah et Omar al-Jabri des informations à leur sujet, les libérer et mettre fin à leur interdiction de voyager, selon Human Rights Watch.

« Les autorités saoudiennes tombent de plus en plus bas en poursuivant les familles d'anciens responsables peu appréciés par les actuels dirigeants », a déclaré Michael Page, directeur adjoint de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch. « Comment peut-on qualifier les dirigeants saoudiens de réformistes quand ils arrêtent arbitrairement les enfants d'anciens hauts responsables ? »

Selon la source interrogée par Human Rights Watch, Omar al-Jabri et Sarah al-Jabri ont été arrêtés à leur domicile le 16 mars, vers 6 heures du matin, par des membres des forces de sécurité saoudiennes. Leurs proches n’ont pas réussi à obtenir des informations précises à leur sujet depuis cette date. Les autorités n'ayant pas répondu aux demandes d'informations formulées par la famille, il s’agit manifestement d’un double cas de disparition forcée.

La source a ajouté que le 12 mai, des agents des services de sécurité ont aussi arrêté l’un des frères de Saad al-Jabri, Abdulrahman al-Jabri, qui est professeur à l'Université King Saud. Les agents ont également confisqué des appareils électroniques et des documents. La famille n'a reçu aucune nouvelle à son sujet depuis son arrestation. La plupart des membres de la famille sont soumis à des interdictions de voyager arbitraires depuis juin 2017.

Les autorités saoudiennes ont aussi pris pour cible d'autres membres de la famille royale. Le 27 mars, les autorités ont arrêté le prince Faisal bin Abdullah Al Saud, fils de l’ancien roi Abdullah et ex-président de la Société du Croissant-Rouge saoudienne, sans explication, et il est toujours détenu au secret.

Communiqué complet en anglais : en ligne ici.

----------------------

Articles

La Presse

Tweets

Your tax deductible gift can help stop human rights violations and save lives around the world.