Skip to main content

L’avocat congolais Joseph Mukendi victime du COVID-19

Le défenseur des droits humains de renom s’est éteint à l’âge de 73 ans

La communauté des défenseurs des droits humains en République démocratique du Congo est en deuil. L’une de ses personnalités les plus respectées, l’avocat Jean-Joseph Mukendi wa Mulumba a succombé au virus COVID-19 le 24 mars dans la capitale, Kinshasa – devenant la troisième victime de la pandémie dans le pays. Il va cruellement manquer à sa famille, à ses collègues et aux personnes qu’il défendait.

Tout au long de sa carrière, Mukendi s’est battu sans relâche pour les droits des sans-voix et des opprimés. Il a joué un rôle éminent dans le procès du double meurtre du défenseur des droits humains Floribert Chebeya et de son chauffeur Fidèle Bazana en 2010. « Il s’est battu corps et âme pour défendre leur cause », s’est émue la veuve de Chebeya, Annie, jointe par téléphone. « Il nous a beaucoup soutenus, avec toute son équipe d’avocats qui se battaient pour nous pendant le procès. Je ne trouve pas de mots ; c’est vraiment un choc. »

Bon nombre d’activistes congolais des droits humains et pro-démocratie, ainsi que d’anciens membres de l’opposition politique se souviennent des plaidoiries courageuses de Mukendi. Il les avait constamment défendus lorsque l’administration de Joseph Kabila, s’accrochant alors au pouvoir, les avait jetés en prison. Au plus fort de la répression politique, Mukendi avait notamment porté le dossier des jeunes activistes de la LUCHA Fred Bauma et Yves Makwambala devant la Cour Supreme de Justice, obtenant leur remise en liberté après 18 mois de prison. « Il était là quand on vivait cette situation, quand nous n’avions plus d’espoir », a déclaré Makwambala aujourd’hui à Human Rights Watch.

Human Rights Watch pouvait également compter sur les bons conseils de Mukendi quand nous avions besoin de lui. Il trouvait toujours du temps à nous consacrer : il répondait à nos questions, nous informait sur les affaires en cours et nous confiait tout simplement ses inquiétudes liées au non-respect des droits humains dans le pays ou ses réflexions sur la situation politique.

Né à Bunkonde, dans la province du Kasaï-Central, Mukendi a également été bâtonnier auprès de la Cour de Cassation. Depuis 2018, il siégeait au parlement en tant que député de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS).

Mukendi laisse derrière lui un héritage riche en inspiration pour les générations à venir d’avocats et activistes qui, malgré les risques, prendront la défense de celles et ceux qui pourraient se retrouver menacés ou enfermés pour leur opinions politiques.

-------------------

Your tax deductible gift can help stop human rights violations and save lives around the world.