Angela, une jeune mère âgée de 15 ans, photographiée avec son bébé dans un hôpital à Shinyanga, en Tanzanie, en août 2014.

© 2014 Privé

Les filles en Tanzanie peuvent aujourd’hui se réjouir autant que les garçons : le mariage d’enfants est désormais illégal dans ce pays.

La loi tanzanienne sur le mariage de 1971 fixait l’âge minimum du mariage à 18 ans pour les garçons, mais à seulement 15 ans – et parfois même 14 ans – pour les filles, avec le consentement des parents.

Dans une décision historique de 2016, une haute cour tanzanienne avait jugé que ces dispositions étaient inconstitutionnelles, et exigé que l'âge minimum du mariage soit aussi fixé à 18 ans pour les filles.

Le gouvernement avait fait appel, mais cette semaine, la Cour d’appel de la Tanzanie a confirmé la décision rendue par la Haute Cour en 2016.

Selon les estimations des Nations Unies, trois filles sur dix en Tanzanie se marient actuellement avant l'âge de 18 ans. Or, Human Rights Watch a documenté les conséquences dévastatrices de ces mariages précoces pour les filles, en ce qui concerne leur santé en cas de maternité à un jeune âge, les risques accrus de violence conjugale, et souvent la cessation de leur éducation.

Désormais, les filles en Tanzanie peuvent espérer avoir l’avenir qu’elles méritent, et rester des filles avant d’être des épouses.

Texte complet en anglais :

www.hrw.org/news/2019/10/25/victory-against-child-marriage-tanzania

-------------