Le défenseur afghan des droits humains Abdul Samad Amiri.

© 2019 Privé

Le meurtre du défenseur des droits humains Abdul Samad Amiri est le dernier assassinat ciblé d’un représentant civil du gouvernement qu’auraient commis les insurgés talibans en Afghanistan.

Amiri était le directeur par intérim du bureau de la Commission indépendante des droits humains en Afghanistan (AIHRC) dans la province de Ghor. Il a été enlevé le 4 septembre, alors qu'il circulait dans le district de Jalrez, dans la province de Maidan Wardak. Le 5 septembre, des responsables locaux ont déclaré que son corps avait été retrouvé le long de la route reliant Kaboul à Ghor. L’AIHRC a publié un communiqué selon laquelle Amiri avait été abattu par des insurgés talibans.

Amiri travaillait pour l’AIHRC depuis de nombreuses années, notamment dans le domaine des droits des enfants.

Les talibans n’ont émis aucune déclaration au sujet de la mort d’Amiri. Les responsables talibans affirment que leurs forces ont l’ordre de protéger les civils, mais leur définition exclut les employés civils du gouvernement, en violation des lois de la guerre.

Le meurtre d’Abdul Samar Amiri est un triste rappel du lourd tribut payé par les civils dans le conflit afghan.

Tribune complète en anglais :

https://www.hrw.org/news/2019/09/06/taliban-linked-murder-afghan-rights-defender

---------------

Tweets
Et aussi …