Venezuela : Répression contre des militaires présumés déloyaux

(VIDÉO, sous-titres via cc) – Les forces de sécurité et de renseignement du Venezuela ont arrêté et torturé des militaires accusés de comploter contre le gouvernement, souvent sans la moindre preuve de telles intentions. Il faut mettre fin à ces abus.

(Washington, le 9 janvier 2019) - Les forces de sécurité et de renseignement du Venezuela ont arrêté et torturé des militaires accusés de comploter contre le gouvernement, ont déclaré aujourd'hui Human Rights Watch et l’organisation non gouvernementale vénézuélienne Foro Penal. Les autorités ont également arrêté et torturé les proches de certains suspects afin de déterminer où ceux-ci se trouvaient.

Certains détenus ont été soumis à de graves abus voire des actes de torture, afin de les forcer à fournir des informations sur de prétendus complots. Dans la plupart des cas, des membres de la Direction générale du contre-espionnage militaire (DGCIM) ou du Service national de renseignement (SEBIN) ont procédé aux arrestations.

« Le gouvernement vénézuélien a exercé une répression brutale contre des membres de l'armée accusés de comploter contre le régime », a déclaré José Miguel Vivanco, directeur de la division Amériques à Human Rights Watch. « Non seulement les agents des services de renseignements arrêtent et torturent des membres de l'armée, mais ils s'en prennent parfois aussi aux membres de leurs familles ou à d'autres civils, quand ils ne parviennent pas à arrêter les suspects eux-mêmes. »

Ce abus ne sont pas des cas isolés. Dans de précédents rapports publiés en 2014 et 2017, Human Rights Watch a documenté des abus généralisés commis par des membres des forces de sécurité vénézuéliennes.

Plus de 12 800 personnes ont été arrêtées depuis 2014 dans le cadre de manifestations anti-gouvernementales à travers le pays, selon Foro Penal.

Communiqué complet en anglais :

www.hrw.org/news/2019/01/09/venezuela-suspected-plotters-tortured

Tweets