Dimanche, la République démocratique du Congo a perdu Luc Nkulula, un activiste de la démocratie et un leader de l’opposition non-violente au règne du président Joseph Kabila. Luc, l’une des personnes les plus courageuses que j’aie jamais rencontrées, est décédé le 9 juin dans un incendie chez lui, dans la ville de Goma, dans l’est du pays.

Luc Nkulula

© Privé

Luc, 33 ans, était un pilier du mouvement de jeunes Lutte pour le changement (LUCHA) depuis ses débuts en 2012. Il a consacré sa vie à sensibiliser les Congolais sur leurs droits et sur comment utiliser les manifestations pacifiques, menant des campagnes pour exiger l’accès à l’eau à Goma et protester contre l’insécurité et les massacres dans l’est de la RD Congo. Ces dernières années, il a appelé Kabila à se retirer conformément à la constitution et à permettre des élections crédibles et transparentes.

Les forces de sécurité congolaises ont souvent arrêté Luc pendant ces manifestations pacifiques, pendant que les jeunes défilaient à travers les villes. Lorsqu’ils étaient confrontés aux forces de sécurité qui les battaient ou bien tiraient des gaz lacrymogènes ou des balles réelles, les activistes se sont souvent arrêtés pour se tenir les mains ou entonner des chansons, afin de démontrer la nature non-violente de leurs manifestations. Même après des journées de prison et de passages à tabac par la police, Luc ne s’est jamais découragé.

Luc comprenait les obstacles et les dangers qui l’attendaient, mais il croyait que les droits fondamentaux du peuple finiraient par être obtenus.

Les témoignages de tristesse, de frustration et de colère depuis sa mort montrent combien de vies il a touchées, et combien de jeunes il a inspirés. Comme ses collègues de LUCHA l’ont déclaré dans un communiqué : « Nous [avons perdu] un camarade, un frère, un ami et un modèle irremplaçable.... La soudaine disparition de Luc Nkulula nous laisse orphelins et dévastés, mais nous devons et allons rester dignes du héros qu’il [était], lui rendre tous les hommages qu’il mérite, et trouver dans cette tragédie une raison de plus de poursuivre notre lutte pour un Congo nouveau. »

La cause de l’incendie reste inconnue et peut avoir été un acte criminel. Les autorités judiciaires congolaises devraient mener une enquête crédible et impartiale, avec le soutien de la mission de maintien de la paix des Nations Unies en RD Congo, afin d’établir la vérité et de traduire en justice les responsables de tout acte répréhensible. Je sais que c’est exactement ce que Luc exigerait.

--------------------

À lire aussi :

AfrikArabia