Des membres féminins de l'armée de l'air indonésienne participent à un défilé à l'occasion du 70ème anniversaire de la création de l'armée de l'air à la base Halim Perdanakusuma près de Jakarta, le 9 avril 2016.

© 2016 Beawiharta/Reuters

(Jakarta) - Le président indonésien, Joko « Jokowi » Widodo, devrait ordonner au chef de la police et au commandant des forces armées indonésiens d'interdire immédiatement les « tests de virginité » auxquels sont soumises les candidates, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. En mettant fin à cette pratique, le gouvernement indonésien respecterait ses obligations internationales en matière de droits humains et respecterait les objectifs de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, le 25 novembre 2017.

De hauts responsables de l'armée et de la police ayant connaissance du contexte politique des « tests de virginité » ont déclaré à Human Rights Watch que les forces de sécurité continuaient à imposer ces tests cruels et discriminatoires – officiellement décrits comme des examens « psychologiques » – sur la base de motifs liés à la « santé mentale » des candidates et à la « moralité » .

« Le fait que le gouvernement indonésien continue de tolérer des" tests de virginité "abusifs pratiqués par les forces de sécurité témoigne d'un manque regrettable de volonté politique de protéger les droits des femmes indonésiennes », a déclaré Nisha Varia, directrice du plaidoyer auprès de la division Droits des femmes à Human Rights Watch.

Communiqué complet en anglais

www.hrw.org/news/2017/11/22/indonesia-no-end-abusive-virginity-tests

Tweet (oct. 2018)