Une fillette pose sa main sur une affiche aux couleurs de l’arc-en-ciel lors d'un rassemblement Pride à Manille, aux Philippines, le 27 juin 2015.

© 2015 Bullit Marquez/AP Photo.

(Manille, le 22 juin 2017) – En raison de leur orientation sexuelle et de leur identité de genre, les élèves LGBT des Philippines font face à du harcèlement et à une discrimination au cours de leur scolarité, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport rendu public aujourd’hui. Alors que la loi philippine prévoit des protections antidiscriminatoires et contre l’exclusion des écoles, législateurs et chefs d’établissement doivent prendre des mesures pour veiller à la pleine mise en œuvre de celles-ci.

Le rapport de 68 pages, intitulé « ‘Just Let Us Be’ : Discrimination Against LGBT Students in the Philippines » (« ‘Laissez-nous juste en paix’ : la discrimination à l’égard des élèves LGBT aux Philippines »), documente l’ampleur des violations perpétrées à l’encontre des élèves lesbiennes, homosexuels, bisexuels et transgenres (LGBT) dans l’enseignement secondaire. Il fait état d’intimidations et de harcèlement généralisés, de politiques et de pratiques discriminatoires et d’une absence de ressources en matière de soutien qui remettent en cause le droit à l’éducation des jeunes LGBT, garanti par le droit international, tout en mettant ceux-ci en danger.

« Les élèves LGBT aux Philippines souvent sont tournés en ridicule et même victimes de violence », a relaté Ryan Thoreson, membre du programme des droits des personnes LGBT à Human Rights Watch. « Et dans de nombreux cas, enseignants et administrateurs participent à ces mauvais traitements au lieu de rejeter la discrimination et de privilégier des salles de classe où tout un chacun peut recevoir une éducation. »

(Sous-titres via cc) – Témoignages de jeunes membres de la communauté des lesbiennes, homosexuels, bisexuels et transgenres (LGBT) aux Philippines au sujet des brimades et de la discrimination subies dans leurs écoles. Dans un nouveau rapport, HRW appelle au respect des droits de tous les élèves LGBT dans ce pays, et formule plusieurs recommandations à cet égard.

Human Rights Watch a mené des entretiens approfondis avec 98 élèves et 46 parents, ainsi qu’avec des enseignants, des conseillers, des administrateurs, des prestataires de services et des professionnels de l’éducation dans 10 villes des îles de Luzon et Visayas. Les élèves LGBT ont déclaré que les protections existantes sont mises en œuvre trop ponctuellement ou insuffisamment, et que les politiques et pratiques en vigueur dans l’enseignement secondaire sont souvent propices à la discrimination sans que des informations et des services de soutien soient mis à la disposition des élèves LGBT.

Les législateurs philippins ont reconnu que le harcèlement est un problème dans l’enseignement secondaire et pris des mesures significatives pour y remédier, a constaté Human Rights Watch. En 2013, le Congrès a adopté une loi anti-harcèlement, et le ministère de l’Éducation publié des réglementations interdisant le harcèlement sur la base de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre. Lors de la campagne présidentielle de 2016, Rodrigo Duterte a condamné le harcèlement et la discrimination à l’encontre des LGBT.

« Par le passé, le président Duterte s’est prononcé contre le harcèlement et la discrimination à l’égard des LGBT, et il devrait le faire à nouveau maintenant », a déclaré Ryan Thoreson.

Pourtant, les recherches de Human Rights Watch révèlent qu’à l’école, les élèves LGBT font toujours face au harcèlement physique et verbal, aux agressions sexuelles et à la cyberintimidation. Beaucoup d’élèves ne sont pas au courant de l’existence de politiques anti-harcèlement ou ignorent comment demander de l’aide en cas de danger.

« Quand j’étais au lycée, ils me bousculaient, me frappaient », a confié Carlos M., un étudiant gay de 19 ans de la ville d’Olongapo. « Quand je sortais de l’école, ils me suivaient [et] me poussaient, m’appelaient ‘gay’, ‘tapette’, des choses comme ça. » (Les noms des élèves cités dans le rapport ont été modifiés pour garantir leur sécurité.)

L’hostilité auxquels ces élèves sont confrontés à l’école est souvent exacerbée par des politiques et pratiques discriminatoires, a constaté Human Rights Watch. Les écoles philippines imposent à tous une tenue par genre et une longueur de cheveux règlementaires, y compris aux élèves ne s’identifiant pas au sexe qui leur a été assigné à la naissance. Ces exigences incontournables mettent mal à l’aise ou ostracisent de nombreux élèves LGBT, qui sont parfois renvoyés chez eux par les surveillants, provoquant des absences voire la déscolarisation.

« Ne pas adopter de loi antidiscriminatoire expose les jeunes LGBT à la discrimination et aux violences », a résumé Meggan Evangelista du réseau LAGABLAB. « Si les législateurs prennent au sérieux la sûreté des écoles pour tous, ils devraient cesser de repousser le moment d’agir et légiférer dans les meilleurs délais sur des protections antidiscriminatoires. »

Dans l’enseignement secondaire, les élèves harcelés en demande d’aide se heurtent au manque d’informations et de ressources relatives aux jeunes LGBT. Les problématiques propres aux LGBT sont rarement abordées par les programmes scolaires et lorsqu’un incident se produit, les enseignants font souvent des commentaires blessants ou méprisants pour les élèves LGBT, y compris en inculquant à leurs élèves qu’être LGBT est un péché ou n’est pas normal.

« Ils prétendent que le VIH s’attaque en priorité aux homosexuels », a confié Jonas E., un jeune homme gay de 17 ans scolarisé dans le lycée de la ville de Mandaue. « J’ai un peu honte de ça, parce que j’étais une fois dans une section où j’étais le seul gay, et ils me pointaient toujours du doigt. » Pratiquement aucun des élèves interrogés n’avait reçu d’éducation sexuelle inclusive des LGBT, privés dès lors des atouts nécessaires à vivre leurs relations en sûreté et à rester en sécurité.

Très peu d’élèves ont accès à des enseignants ou à des conseillers sensibilisés à fournir un soutien aux élèves LGBT à mesure qu’ils gagnent en âge. Si les groupes élèves LGBT de l’Université ont réussi à sensibiliser leurs pairs et à leur fournir des services de soutien, il y en a peu dans l’enseignement secondaire.

Les autorités gouvernementales à tous les niveaux devraient prendre des mesures en vue de promouvoir la sûreté des élèves, l’égalité et l’accès à l’éducation dans les écoles, a recommandé Human Rights Watch. Le Congrès devrait adopter une législation antidiscriminatoire pour protéger les élèves LGBT dans les écoles. Le ministère de l’Éducation devrait quant à lui enquêter sur les écoles en vue de garantir la mise en œuvre intégrale des protections contre le harcèlement, de sensibiliser les enseignants à répondre aux besoins des élèves LGBT, d’intégrer les problématiques LGBT dans les programmes scolaires et de promulguer des politiques exemplaires interdisant la discrimination dans les écoles. Au niveau de l’école elle-même, les chefs d’établissement devraient renforcer les règlements antidiscriminatoires et contre le harcèlement pour garantir sécurité et respect pour les jeunes LGBT.

« L’interdiction du harcèlement des jeunes LGBT était une première étape importante », a déclaré Ryan Thoreson. « Maintenant, législateurs et chefs d’établissement doivent prendre des mesures concrètes pour donner effet à ces protections et promouvoir le respect des jeunes LGBT dans l’ensemble du système scolaire aux Philippines. »

​------

TWEETS :