(Beyrouth) – Human Rights Watch publie son premier livre d’art intitulé « War/Identities – When Words Aren’t Enough » (« Guerre/Identités – Quand les mots ne suffisent plus »), afin de sensibiliser le public aux questions des droits humains au Liban, et le pousser à l’action. Le livre sera présenté le 8 décembre 2016, de 18h à 21h, au siège de Dar El-Nimer for Arts & Culture.

Couverture du livre d’art « War/Identities – When Words Aren’t Enough  (« Guerre/Identités – Quand les mots ne suffisent plus ») publié par Human Rights Watch.

 

© 2016 Human Rights Watch

Le livre est un recueil des œuvres de 41 artistes basés à Beyrouth, avec pour fil directeur la question des droits humains au Liban. Parmi les sujets traités : les droits des femmes, les droits des travailleuses domestiques immigrées, la torture, les disparitions forcées, les droits des réfugiés et les droits des gays, bisexuels et transgenres (LGBT). Ces thématiques sont explorées à travers le regard d’artistes d’exception, libanais comme palestiniens, dont Paul Guiragossian, Fadi Barrage, AbdulRahman Katanani et Huguette Caland.

« L’histoire tumultueuse du Liban, la violence et les abus qui ont frappé la région… tout cela n’a pas laissé les artistes indifférents », a déclaré Lama Fakih, directrice du bureau de Beyrouth de Human Rights Watch. « L’expression artistique est un vecteur puissant pour les droits humains, qu’il s’agisse d’illustrer les problèmes ou d’imaginer les solutions. »

L’auteur du livre, l’historienne de l’art Marie Tomb, commente les 153 œuvres rassemblées dans le livre à la lumière du travail fourni par Human Rights Watch au Liban depuis de nombreuses années. 

Le livre est une réflexion artistique sur la situation des droits humains au Liban. En le produisant, Human Rights Watch souhaite aider le public à prendre conscience de cette situation, et l’encourager à se mobiliser pour défendre les droits humains universels.

Ce projet est le fruit d’un partenariat entre l’expert en art et commissaire d’exposition Saleh Barakat, Marie Tomb, et Human Rights Watch. Il a pu voir le jour grâce au Comité de soutien de Human Rights Watch à Beyrouth, un groupe de citoyens Libanais engagés en faveur des droits humains pour tous.

Les recettes générées par les ventes du livre serviront, dans leur intégralité, à financer le travail de Human Rights Watch au Liban.

------

À lire aussi :

L’Orient Le Jour 08.12.16