© 2014 HRW

(Washington, le 14 mai 2014) – Les enfants qui travaillent dans des plantations de tabac aux États-Unis sont exposés à la nicotine, à des insecticides toxiques, ainsi qu'à d'autres dangers, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd'hui. Bien que la loi américaine interdise la vente aux enfants de produits contenant du tabac, elle autorise les enfants à travailler dans la culture du tabac sur le territoire des États-Unis. Les plus grandes compagnies cigarettières du monde achètent du tabac récolté dans les plantations américaines, mais aucune n'est dotée de politiques en matière de travail des enfants qui soient de nature à assurer à ceux-ci une protection adéquate contre les tâches dangereuses.

Ce rapport de 138 pages, intitulé « Tobacco’s Hidden Children: Hazardous Child Labor in US Tobacco Farming» (« Les enfants cachés de l'industrie du tabac: Dangers encourus par les enfants travaillant dans les plantations aux États-Unis »), documente les conditions de travail d'enfants employés dans des plantations de tabac dans quatre États qui produisent 90 pour cent du tabac récolté aux États-Unis: la Caroline du Nord, le Kentucky, le Tennessee et la Virginie. Les enfants interrogés ont affirmé avoir été pris de vomissements, de nausées et de vertiges et avoir souffert de maux de tête alors qu'ils travaillaient dans les plantations de tabac, symptômes qui correspondent tous à une intoxication aiguë à la nicotine. De nombreux enfants ont également indiqué qu'ils étaient soumis à de longues journées de travail sans que les heures supplémentaires leur soient rémunérées comme telles, et souvent dans des conditions de chaleur extrême sans pouvoir se mettre à l'ombre ou prendre de pauses suffisantes, et que leur équipement protecteur, quand ils en avaient un, était inadéquat.

« En cette fin d'année scolaire, les enfants prennent le chemin des champs de tabac, où ils ne peuvent éviter d'être exposés à des niveaux de nicotine dangereux, sans même fumer une seule cigarette », a déclaré Margaret Wurth, chercheuse sur les Droits de l'enfant à Human Rights Watch et co-auteur du rapport. « Il n'est pas surprenant que des enfants qui sont exposés à des toxines dans les champs de tabac tombent malades. »

Le rapport est basé sur des entretiens avec 141 enfants employés dans la culture du tabac, âgés de 7 à 17 ans.

Les enfants qui travaillent dans la culture du tabac sont également exposés à d'autres graves dangers, a précisé Human Rights Watch. Ils peuvent être amenés à utiliser des machines ou des outils dangereux, à soulever de lourdes charges et à grimper à des hauteurs de plusieurs étages sans aucune protection, pour suspendre du tabac dans des granges. Les enfants ont aussi indiqué que des pesticides étaient épandus par des tracteurs dans les champs proches. Selon eux, le produit chimique est souvent poussé vers eux par le vent, leur causant des vomissements, des vertiges, des difficultés respiratoires et des sensations de brûlure aux yeux.

De nombreux pesticides utilisés dans la culture du tabac sont des neurotoxines, c'est-à-dire des poisons qui s'attaquent au système nerveux. Les effets à long terme de l'exposition d'enfants à ces pesticides peuvent inclure des cancers, des problèmes cognitifs et des difficultés scolaires, ainsi que dans le domaine de la santé reproductive.Les enfants sont particulièrement vulnérables du fait que leurs corps et leurs cerveaux sont encore en phase de développement.Human Rights Watch a adressé des lettres à 10 compagnies américaines et internationales dans le secteur du tabac, et a rencontré les représentants de plusieurs d'entre elles pour les encourager à adopter des politiques, ou à renforcer des politiques existantes, afin d'empêcher que des enfants soient employés à des travaux dangereux le long de leur chaîne d'approvisionnement.

« Les entreprises du tabac ne devraient pas tirer bénéfice d'un travail dangereux effectué par des enfants », a ajouté Margaret Wurth. « Elles ont la responsabilité d'adopter des mesures d'ensemble claires qui aient pour effet de soustraire les enfants au travail dangereux dans les plantations de tabac et de s'assurer que les plantations appliquent ces règles. »

Dangers pour la santé des enfants
Plusieurs centaines de milliers d'enfants travaillent chaque année dans l'agriculture américaine, mais aucune donnée n'est disponible sur le nombre de ceux qui travaillent dans la culture du tabac. De nombreux enfants interrogés par Human Rights Watch ont indiqué avoir commencé à travailler dans les plantations de tabac à l'âge de 11 ou 12 ans, principalement pendant l'été, pour aider financièrement leurs familles. La plupart étaient des enfants d'immigrants hispaniques qui vivaient dans des communautés où se pratique la culture du tabac et qui fréquentaient l'école à plein temps.

Des enfants interrogés par Human Rights Watch ont décrit comment ils tombaient subitement gravement malades alors qu'ils travaillaient dans les plantations de tabac. « Cela se produit quand vous êtes dehors, au soleil», a déclaré une jeune fille de 16 ans du Kentucky. « Vous avez envie de vomir. Et vous buvez de l'eau car vous avez très soif, mais l'eau vous rend encore plus malade. Vous vomissez sur place lorsque vous êtes en train de couper [les plants de tabac]mais vous continuez à couper. »Un garçon de 12 ans en Caroline du Nord a décrit une migraine qu'il a eue alors qu'il travaillait:« C'était horrible. C'était comme s'il y avait quelque chose dans ma tête qui essayait de la dévorer de l'intérieur. »

L'intoxication aiguë à la nicotine – souvent appelée maladie du tabac vert – se produit lorsque les travailleurs absorbent par la peau de grandes quantités de nicotine en manipulant les plants de tabac, en particulier quand ceux-ci sont humides. Les symptômes habituels comprennent des nausées, des vomissements, des maux de tête et des étourdissements. Bien que les effets à long terme ne soient pas connus avec certitude, certaines rechercheslaissent penser que l'exposition à la nicotine pendant l'adolescence peut avoir des conséquences négatives pour le développement cérébral.

Plusieurs enfants ont déclaré à Human Rights Watch qu'ils s'étaient blessés en utilisant des outils aiguisés et de l'équipement lourd. Dans le Kentucky, le Tennessee et en Virginie, il est fréquent que des enfants cueillent à la main des plants de tabac de haute taille en les coupant à l'aide de hachettes et en enfilant les tiges sur de longs bâtons pointus. Les enfants ont indiqué qu'ils se coupaient ou se blessaient souvent les mains, les bras, les jambes et les pieds. Un garçon de 16 ans a ainsi décrit un accident survenu alors qu'il récoltait du tabac dans le Tennessee: « Je me suis coupé avec la hachette.… J'ai dû toucher une veine ou quelque chose comme cela car cela n'arrêtait pas de saigner et j'ai dû aller à l'hôpital…. Mon pied était couvert de sang. » Un garçon de 17 ans interrogé par Human Rights Watch a perdu deux doigts dans un accident survenu avec une tondeuse qu'il utilisait pour tailler de petits plants de tabac.

Pratiquement aucun des enfants que Human Rights Watch a interrogés n'a dit que les employeurs leur avaient fourni une formation en matière de santé et de sécurité ou un équipement de protection. Faute de quoi, les enfants avaient l'habitude de se recouvrir de sacs à ordures en plastique noir pour tenter de garder leurs vêtements au sec quand ils travaillaient dans des champs de tabac rendus humides par la rosée ou la pluie.
Les statistiques de l'État fédéral sur les accidents de travail mortels indiquent que l'agriculture est la plus dangereuse occupation professionnelle ouverte aux jeunes. En 2012, les deux tiers des enfants de moins de 18 ans morts d'accidents du travail étaient employés dans l'agriculture et plus de 1.800 jeunes de moins de 18 ans travaillant dans l'agriculture américaine ont été victimes d'accidents non mortels.La plupart des enfants interrogés par Human Rights Watch ont affirmé qu'ils n'avaient pas accès à des sanitaires ou à un endroit permettant de se laver les mains sur leurs lieux de travail, et restaient donc avec des traces de tabac et de pesticides sur les mains, même pendant les repas.

Absence de protection aux termes de le loi américaine
Aux termes du droit du travail américain, les enfants employés dans l'agriculture peuvent avoir de plus longues heures de travail, à un plus jeune âge et dans des conditions plus dangereuses, que les enfants employés dans d'autres industries. Des enfants âgés de 12 ans peuvent être embauchés pour des horaires illimités en dehors des heures d'école sur une exploitation agricole de n'importe quelle taille avec une autorisation parentale, et il n'y a pas d'âge minimum pour l'emploi d'un enfant dans une petite exploitation. À 16 ans, des enfants employés dans l'agriculture peuvent avoir des tâches considérées comme dangereuses par le Département américain du travail. Dans tous les autres secteurs d'activité, les enfants doivent avoir au moins 18 ans pour se voir confier des travaux dangereux.Une réglementation proposée en 2011 par le Département du travail visait à interdire l'emploi d'enfants de moins de 16 ans dans les plantations de tabac, mais elle a été retirée en 2012.

«Le gouvernement américain a failli à sa responsabilité vis-à-vis des familles américaines en ne fournissant pas une protection véritable aux enfants employés dans l'agriculture contre les dangers pour leur santé et leur sécurité, notamment dans les plantations de tabac »,a affirmé Margaret Wurth. «Le gouvernement Obama devrait appuyer l'adoption de réglementations qui établiraient clairement que le travail dans les plantations de tabac est dangereux pour les enfants, et le Congrès devrait passer des lois octroyant aux enfants employés dans l'agriculture les mêmes protections qu'à tous les autres enfants évoluant dans le monde du travail. »

Le rôle des compagnies du secteur du tabac
Human Rights Watch a présenté ses constatations et ses recommandations à 10 compagnies qui achètent du tabac récolté aux États-Unis, dont huit compagnies cigarettières: Altria Group (maison mère de Philip Morris USA), British American Tobacco, China National Tobacco, Imperial Tobacco Group, Japan Tobacco Group, Lorillard, Philip Morris International, Reynolds American, et deux négociants internationaux qui achètent des feuilles de tabac et les revendent aux cigarettiers: Alliance One et Universal Corporation.

Toutes ces compagnies, à l'exception de China National Tobacco, ont répondu et affirmé qu'elles étaient préoccupées par le fait que des enfants étaient employés dans leur chaîne d'approvisionnement. Toutefois, les approches de ces compagnies ne permettent pas une protection suffisante des enfants contre les travaux dangereux, a déclaré Human Rights Watch. Dans certains cas, les compagnies s'accommodent de normes de protection des enfants employés le long de leur chaîne d'approvisionnement aux États-Unis qui sont inférieures à celles en vigueur dans tous les autres pays auxquels elles achètent du tabac.

Parmi les compagnies contactées, c'est Philip Morris International qui s'est dotée de la réglementation la plus élaborée en matière de travail des enfants. Depuis 2010, Philip Morris International s'est efforcée d'appliquer cette réglementation sous forme de programmes de formation et de supervision de sa chaîne d'approvisionnement dans le monde entier. En 2009, Human Rights Watch a documenté des abuscommis dans des exploitations agricoles qui fournissent du tabac à une filiale de Philip Morris International au Kazakhstan.

Human Rights Watch a exhorté les compagnies à interdire que des enfants soient chargés de tâches dans lesquelles leur santé et leur sécurité peuvent être en danger, y compris de tout travail impliquant un contact direct avec des plants de tabac ou du tabac séché, en raison des risques d'exposition à la nicotine. Les compagnies devraient également instaurer des mécanismes efficaces de supervision de leurs politiques en matière d'organisation du travail, à la fois en interne et par des tiers.«L'agriculture est un travail dur dans tous les cas, mais les enfants qui sont employés dans les plantations de tabac tombent tellement malades qu'ils sont pris de vomissements, ils sont couverts de pesticides et n'ont pas de véritable équipement de protection »,a conclu Margaret Wurth. «Les compagnies cigarettières devraient épargner aux enfants le travail dangereux dans les plantations de tabac et appuyer les efforts pour leur fournir des possibilités de rechange en termes d'éducation et d'enseignement professionnel. »

 

Big tobacco profits from child labor in US tobacco fields. Take action now:  https://www.hrw.org/ChildFreeTobacco #ChildFreeTobacco