Skip to main content
Des étudiants du comté de Hillsborough manifestent après que les autorités éducatives de Floride ont voté l'interdiction de l'enseignement en classe de l'identité de genre et de l'orientation sexuelle dans toutes les classes des écoles publiques, élargissant ainsi la loi "Don't Say Gay" signée par le gouverneur républicain Ron DeSantis à Tampa, en Floride, le 21 avril 2023.  © 2023 REUTERS/Octavio Jones

Commençons par une affirmation de nature morale sur laquelle nous pouvons tous être d'accord : l'esclavage est abominable.

Aux États-Unis, par exemple, l'esclavage dans lequel les personnes asservies étaient traitées comme la propriété à vie de leurs maîtres, achetées et vendues comme du bétail, était particulièrement horrible. Il a engendré des siècles de travail forcé, de viols et de tortures pour des millions de Noirs américains.

Ce n'est rien d'autre qu'une constatation d'évidence. Cela ne prête guère à controverse.

À moins que vous ne soyez dans une école publique de l'État américain de Floride, où le fait d'enseigner la vérité sur l'esclavage peut vous valoir des ennuis avec les autorités.

Comme le souligne un enseignant de Miami, la loi de Floride autorise les écoles à enseigner l'esclavage, « mais pas les aspects négatifs. »

Au lieu de cela, les nouvelles directives de l'État en matière d'enseignement de l'histoire obligent les enseignants à dispenser des cours ridicules. Par exemple, ils sont censés enseigner que les personnes réduites en esclavage ont acquis des compétences précieuses et que l'institution de l'esclavage a donc apporté des avantages aux Noirs américains réduits en esclavage.

C'est plus qu'absurde, c'est profondément insultant. C'est comme si quelqu'un vous cassait le bras droit et vous disait ensuite : « Hé, mais vous allez apprendre à mieux utiliser votre bras gauche, alors vous devriez vraiment me remercier. »

La censure des programmes scolaires en Floride ne vise pas seulement à réécrire l'histoire de l'esclavage. Elle occulte ou déforme également d'autres aspects cruciaux de l'histoire des États-Unis en fonction de critères raciaux : lynchages de terreur, ségrégation et mouvement des droits civiques. Elle minimise également les contributions culturelles et scientifiques des Noirs américains.

La Floride est probablement le pire cas des États-Unis en matière de censure éducative. C'est là que l'on trouve les restrictions les plus sévères en matière de programmes scolaires et le plus grand nombre de livres interdits.

Mais la Floride n'est pas le seul exemple. Comme le souligne un nouveau rapport, il existe une crise nationale de la censure éducative aux États-Unis. De plus en plus d'États américains adoptent des lois limitant les discussions en classe sur la race, le sexe, l'orientation sexuelle et l'histoire des États-Unis.

Outre l'ignorance qu'elle engendre, cette situation a pour conséquence de susciter la peur. Le nouveau rapport fait état d'enseignants qui ont peur de dire la vérité et d'élèves terrifiés par les conséquences. Les enseignants disent avoir été réprimandés pour avoir enfreint les nouvelles lois et politiques, et des rapports font état d'enseignants ayant fait l'objet d'une enquête et ayant été licenciés.

Les élèves noirs des écoles publiques de Floride se sentent démoralisés, invisibles et inaudibles, tout comme les élèves LGBTQ confrontés à la loi « Don't Say Gay or Trans » (‘Ne Dites pas gay ou trans’) de Floride. La discrimination en matière d'information dévalorise leurs vies et leurs expériences - en même temps, elle en valorise d'autres.

Les Proud Boys, un groupe militant pour la suprématie de la race blanche, assistent aux réunions des conseils d'administration des écoles de Floride, portant des vêtements avec des messages violents et faisant des remarques haineuses. Leur but est d'intimider les responsables locaux, les parents et les élèves.

Il est clair que la censure éducative en Floride, et aux États-Unis en général, ne vise pas seulement à cacher le passé de la nation, mais aussi à remodeler son présent et son avenir. Il s'agit d'essayer d'endoctriner les enfants avec une idéologie de l'ignorance. Dire que la suprématie blanche d'hier était tout à fait acceptable, c'est donner un laissez-passer à la suprématie blanche d'aujourd'hui.

Il s'agit d'un tissu de mensonges dont le cœur est constitué d'une horrible motivation politique.

Aux États-Unis, l'enseignement primaire et secondaire est largement contrôlé par les États et les collectivités locales. Toutefois, il est clair que le gouvernement fédéral devrait faire beaucoup plus pour lutter contre la censure scolaire qui encourage la discrimination et la peur.

Your tax deductible gift can help stop human rights violations and save lives around the world.

Région/Pays
Mots clés