Des villageois de l'ethnie Hmong, dont la plupart habitent dans les régions montagneuses dans le nord-ouest du Vietnam. 

© 2007 Reuters

(New York, le 17 mai 2011) - Le gouvernement vietnamien devrait autoriser l'ouverture d'une enquête complète, impartiale et transparente sur les récentes manifestations de milliers de chrétiens de l'ethnie Hmong dans la province de Dien Bien, dans le nord-ouest du pays, ainsi que la riposte des autorités, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. Le gouvernement devrait en outre permettre aux diplomates et autres observateurs internationaux d'accéder immédiatement et sans entrave à toute cette région, compte tenu des informations faisant état de nombreux morts et blessés, a ajouté Human Rights Watch.

Le samedi 30 avril, des milliers de Hmongs ont commencé à se rassembler près du village de Huoi Khon dans le district de Muong Nhe, situé dans la province de Dien Bien à proximité de la frontière du Laos et de la Chine. Le 4 et 5 mai, les troupes vietnamiennes et des hélicoptères militaires sont intervenus pour réprimer les rassemblements. Selon certaines informations que Human Rights Watch n'a pas été en mesure de confirmer indépendamment, des dizaines de Hmongs ont été tués ou blessés. Les autorités ont bouclé la zone et ont interdit à des diplomates et journalistes étrangers de s'y rendre.

« Le gouvernement vietnamien ne peut pas simplement recouvrir cette région d'un voile noir et prétendre que tout est rentré dans l'ordre », a observé Phil Robertson, directeur adjoint de la division Asie à Human Rights Watch. « Lorsque les troubles communautaires sont relégués dans l'ombre, cela ne fait qu'accroître le risque d'exactions commises en toute impunité. »

Pour lire l'intégralité de ce communiqué en anglais, veuillez cliquer ici.