(Genève, 13 mars 2007) – Durant sa session en cours, le Conseil des Droits de l’homme des Nations Unies à Genève devrait prendre des mesures urgentes pour répondre aux graves violations des droits humains perpétrées au Sri Lanka, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui dans une lettre adressée aux membres du Conseil. Human Rights Watch ainsi que d’autres organisations de défense des droits humains sri lankaises et internationales réclament la création d’une mission onusienne d’observation des droits humains afin de prévenir, de surveiller et d’aider à enquêter sur les exactions commises tant par les forces gouvernementales que par l’opposition armée des Tigres de la Libération de Tamil Eelam (LTTE).

Dans une lettre adressée aujourd’hui aux membres du Conseil, Human Rights Watch a fait état des violations du droit humanitaire international et des droits humains commises actuellement aussi bien par le gouvernement sri lankais que par les LTTE, qui ont pour conséquence des centaines de blessés et de morts parmi la population civile et le déplacement de milliers de personnes au cours de ces derniers mois.

« Le gouvernement ainsi que les LTTE commettent depuis longtemps de graves exactions, et les violations ne cesseront pas sans un effort international concerté, » a affirmé Brad Adams, directeur pour l’Asie à Human Rights Watch. « Pour aider à sauver des vies, le Conseil des Droits de l’homme devrait travailler avec les parties concernées afin de déployer de toute urgence sur le terrain des observateurs des droits humains pour le compte de l’ONU. »

Human Rights Watch a déclaré que les enlèvements, les meurtres et les disparitions forcées impliquant les forces pro–gouvernementales vont croissant. Les forces gouvernementales demeurent complices de l’enrôlement aux enfants soldats par le groupe Karuna. Particulièment inquiétantes dont les mesures de sévérité prises contre les médias, les agences humanitaires et les organisations non gouvernementales sous le prétexte fallacieux de leur soutien aux LTTE. Les LTTE continuent à commettre des massacres et à recourir aux enfants soldats.