(New York) - Le plus grand groupe rebelle dans l'Est du Congo continue à recruter des enfants pour faire la guerre au gouvernement congolais, a révelé Human Rights Watch aujourd'hui dans un rapport sur la situation.

Le rapport, intitulé " Soldats malgré eux : recrutement forcé d'enfants et d'adultes au Nord Kivu " détaille les efforts de recrutement du Rassemblement Congolais pour la Démocratie (RCD-Goma) et les troupes rwandaises qui le soutiennent depuis la fin de l'an 2000. Malgré ses nombreuses promesses, le RCD-Goma n'a jamais démobilisé les enfants soldats qui remplissent ses rangs.
 
" Les soldats qui sont censés protéger ces enfants les enlèvent et les envoient au front " a déclaré Alison Des Forges, conseillère principale pour la Division africaine de Human Rights Watch. " RCD-Goma doit tenir ses promesses et mettre fin à cette horrible pratique. "  
 
Aux termes des accords de Lusaka de 1999, RCD-Goma s'était engagé à ne plus utiliser d'enfants soldats. En mai 2000, RCD-Goma a déclaré la création d'une commission pour surveiller la démobilisation des enfants soldats, mais un an plus tard, la commission n'est toujours pas opérationelle. En avril 2001, les autorités du mouvement rebelle ont promis de livrer aux Nations Unies plusieurs centaines d'enfants qui étaient alors en formation militaire. Mais à peine quelques jours plus tard, ces mêmes autorités auraient promu 1800 nouvelles recrues âgées entre 12 et 17 ans qui terminaient leur entraînement dans un des camps. Chaque enfant a reçu un nouvel uniforme et une arme à feu.  
 
Dans les premiers mois de la campagne de recrutement, des soldats du RCD-Goma et leurs alliés rwandais ont enlevé des enfants et des jeunes hommes, les emmenant pour les entraîner militairement en ensuite les envoyer se battre au front aux côtés des forces rebelles. Des recruteurs enlevaient des enfants sur le chemin de l'école ou de l'église et prenaient des adultes allant au marché ou au travail. Dans certains cas, ils faisaient des rafles dans des maisons, prenant toute personne d'âge à devenir soldat. Dans certaines communautés, des parents ont refusé d'envoyer des enfants à l'école de peur qu'ils ne soient kidnappés. Dans d'autres, des familles ont dormi dehors pour éviter les rafles, ou se sont organisées pour faire diversion à l'arrivée des soldats recruteurs dans la communauté, afin que les enfants et les jeunes hommes puissent s'échapper.  
 
Au fur et à mesure que l'utilisation d'enfants soldats a attiré l'œil critique de la communauté internationale, les rebelles du RCD-Goma ont déplacé leurs efforts de recrutement loin des centres urbains, ce qui rend la documentation de leurs activités bien plus difficile. Ils ont aussi essayé d'attirer des enfants pauvres, mal-nourris et sans appui en promettant des récompenses aux recrues.  
 
Les forces militaires du RCD-Goma font constamment pression sur les autorités locales civiles pour trouver de nouvelles recrues. Pour assurer leur coopération, le RCD-Goma et leur alliés rwandais ont, en février 2001, transporté plus de 400 fonctionnaires et chefs traditionnels au Rwanda pour 5 semaines d'entrainement quasi-militaire et idéologique intensif dans un camp militaire rwandais.  
 
" Selon plusieurs observateurs à Goma, des camions traversent toujours la région, transportant des enfants vers des camps militaires au Congo, voire même au Rwanda " a souligné Alison Des Forges. " Cela est néfaste pour ces enfants comme pour la paix au Congo. "