Rapports

Expulsions massives et abus par le Cameroun à l’encontre de réfugiés nigérians

Selon ce rapport depuis le début de l'année 2015, des soldats camerounais ont torturé, agressé et exploité sexuellement des demandeurs d'asile nigérians dans des régions éloignées de la frontière, les empêchant de contacter des réfugiés de l'ONU et d'être renvoyés, souvent avec violence, des dizaines de milliers au Nigéria. Le rapport a également signalé la brutalité, les mauvaises conditions et les restrictions illégales à la liberté de circulation dans le camp officiel des réfugiés nigérians au Cameroun, ainsi qu'une situation critique pour ceux qui sont récemment retournés au Nigéria.

After returning from Cameroon, a Nigerian woman sits with her new-born in the militarized displaced persons camp in Banki, northeast Nigeria, where a Boko Haram attack in early September killed 18 civilians.

Rechercher

  • Abus policiers à Calais contre les migrants, enfants et adultes

    Le rapport montre que les forces de l’ordre à Calais, en particulier les Compagnies républicaines de sécurité (CRS), ont recours de façon routinière à la pulvérisation de gaz poivre sur des migrants, enfants et adultes, alors qu’ils sont endormis ou dans d’autres situations où ils ne représentent aucune menace.

    Cover of the France Calais Report in French
  • Crimes de guerre, crimes contre l’humanité et la Cour pénale spéciale en République centrafricaine

    Le rapport présente un compte-rendu exhaustif des crimes de guerre commis dans trois provinces centrales du pays depuis la fin de 2014, notamment plus de 560 décès de civils et la destruction de plus de 4 200 maisons.

    map content
    video content
    Cover image of the Central African Republic report in French
  • Rapatriement des personnes déplacées dans le contexte du conflit dans l’est du Tchad

  • Faits nouveaux depuis mai 2005

    Depuis 2003, Human Rights Watch constate une recrudescence des assurances diplomatiques pour prévenir tout acte de torture et autres mauvais traitements au moment de renvoyer des personnes soupçonnées de terrorisme vers des pays où elles risquent de subir ce type d’exactions.
  • Notes de Human Rights Watch

    Les autorités de Turquie ont violemment et illégalement déplacé vers le nord 380,000 villageois kurdes dans les années 90 durant un conflit avec le parti des travailleurs kurdes (PKK) au Sud-est de la Turquie.