Skip to main content

Les projets énergétiques de la France ne justifient pas de passer sous silence les abus des EAU

Emmanuel Macron devrait évoquer publiquement la situation des droits humains aux Émirats arabes unis lors de la visite de Mohammed ben Zayed.

Le président de la République français, Emmanuel Macron, accueille le prince héritier d'Abu Dhabi, Sheikh Mohammed bin Zayed Al-Nahyan, à Fontainebleau, en France, le 15 septembre 2021. © 2021 Chesnot/Getty Images

Emmanuel Macron s’apprête à accueillir le président des Émirats arabes unis (EAU), le prince héritier Mohammed ben Zayed al Nahyan, à Paris le 18 juillet. Cette visite ne devrait pas valoir comme un blanc-seing donné au prince héritier concernant le bilan désastreux des EAU en matière de droits humains.

Dans un contexte de hausse des prix de l'énergie due à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, la recherche de sources d'approvisionnement alternatives par Emmanuel Macron est susceptible de renforcer les liens déjà étroits entre la France et les EAU. Alors que les EAU ont entrepris des efforts considérables pour se présenter comme respectueux des droits, la réalité est bien plus sombre.

Aux Émirats arabes unis, les militants, les avocats, les enseignants, les étudiants et les personnes considérées comme critiques sont arrêtés, poursuivis et détenus. Les femmes et les personnes LGBT sont victimes de discrimination, et les travailleurs domestiques sont exposés à de graves abus dans le cadre du système de kafala (parrainage de visas). Pendant des années, les EAU ont systématiquement muselé les voix dissidentes. Alors que le gouvernement des EAU et les médias contrôlés par l’État présentent les réformes législatives récentes comme une avancée, les nouvelles lois renforcent la répression gouvernementale, en maintenant les dispositions existantes et en y ajoutant de nouvelles qui menacent gravement la liberté d'expression, d'association et de réunion.

Les Émirats arabes unis ont joué un rôle de premier plan dans certains conflits à l'étranger, où leurs propres forces et celles qu'ils soutiennent ont été responsables de graves exactions. Au Yémen, les opérations militaires de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont été entachées d’atrocités et ont causé des dommages considérables aux civils. En Libye, les forces émiriennes ont tué des civils lors de frappes aériennes et de drones illégales, et fourni des armes et des munitions à des forces locales abusives. Malgré cela, en décembre 2021, la France a autorisé la vente de 80 avions de combat Rafale aux EAU.

Lors de cette visite, Emmanuel Macron devrait défendre les droits que la France affirme protéger. Le président de la République devrait appeler à la libération des militants pacifiques –y compris celle du défenseur des droits humains Ahmed Mansour injustement détenu–, l’abolition du système de la kafala, et la réforme du nouveau code pénal et de la loi sur la cybercriminalité afin de les mettre en conformité avec les normes internationales. Emmanuel Macron devrait également pousser pour que des enquêtes indépendantes soient menées sur les crimes de guerres en Libye et au Yémen, et pour que les victimes civiles des abus commis par les EAU soient indemnisées.

Mettre ces graves violations sous le tapis ne ferait qu’encourager les politiques abusives des Émirats arabes unies dans le pays et à l’étranger.

Your tax deductible gift can help stop human rights violations and save lives around the world.

Région/Pays

Les + visionnés