Skip to main content

Liban : Enquêter de manière impartiale sur l'explosion à Beyrouth

Les autorités devraient aussi s’assurer que l’aide soit distribuée de manière équitable et parvienne aux personnes les plus vulnérables

Le quartier du port de Beyrouth, au Liban, partiellement détruit suite à la double explosion, le 5 août 2020. © 2020 AP Images

(Beyrouth, le 6 août 2020) - Les autorités libanaises devraient demander à des experts internationaux à participer à une enquête indépendante sur l'explosion au port maritime de Beyrouth le 4 août, qui a dévasté la ville, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. Cette enquête devrait viser à déterminer les causes de l'explosion, à établir les responsabilités et à formuler des recommandations pour éviter de futurs incidents de ce type. Le gouvernement libanais devrait aussi veiller à ce que toutes les personnes affectées par l'explosion aient accès à un logement, à de la nourriture, à l'eau et aux soins de santé. La distribution d’aide devrait être effectuée de manière équitable et impartiale.

L'explosion était apparemment la plus puissante que Beyrouth ait jamais subie. Selon les premières explications relayées par le président Michel Aoun et par le Premier ministre Hassan Diab, il s’est agi de l'explosion de 2 750 tonnes de nitrate d'ammonium, un composé chimique utilisé comme engrais mais qui peut aussi intervenir dans la fabrication de bombes. Ce matériel avait été stocké dans un entrepôt du port de Beyrouth pendant plus de six ans, sans mesures de sécurité appropriées. Le président Aoun a affirmé qu’une enquête transparente serait menée sur les causes de l'explosion, et que les responsables feraient l'objet de « sanctions sévères ».

« Le niveau de dévastation à Beyrouth est effarant, et les autorités responsables devraient être tenues de rendre des comptes », a déclaré Aya Majzoub, chercheuse sur le Liban à Human Rights Watch. « En raison de l’absence d’enquêtes sur d’autres défaillances dans le passé et de la méfiance de nombreux citoyens à l’égard des institutions gouvernementales, une enquête indépendante avec la participation d’experts internationaux serait le meilleur moyen de garantir la justice pour les victimes de l’explosion. »

Le 5 août, le gouvernement a ordonné le placement en résidence surveillée de tous les responsables du port qui y supervisaient depuis 2014,  les opérations de stockage et de gardiennage.

Human Rights Watch a exprimé de sérieuses inquiétudes quant à la possibilité que les autorités  judiciaires libanaises mènent une enquête crédible et transparente, ayant précédemment documenté l’absence d'enquêtes indépendantes et approfondies sur des allégations de pratiques gouvernementales abusives.

Le 5 août, la Croix-Rouge libanaise a indiqué que plus de 135 personnes avaient été tuées et plus de 5 000 blessées dans l'explosion, et a averti que le nombre de morts pourrait encore augmenter en raison de l’absence d’informations sur des dizaines de personnes. Le gouverneur de Beyrouth, Marwan Abboud, a déclaré à l’Agence France-Presse que plus de la moitié de la ville avait été endommagée, et que 300 000 habitants de Beyrouth se retrouvaient sans abri. Il a estimé que le coût des dommages causés par l'explosion dépassait trois milliards de dollars.

L’explosion a aggravé les énormes pressions subies par les établissements de santé libanais, déjà confrontés au double défi de la crise financière et de la pandémie de Covid-19. Au moins deux hôpitaux ont été gravement endommagés par l'explosion.

La destruction du port de Beyrouth, qui gère 60 % des importations libanaises, suscite aussi des craintes quant à la sécurité alimentaire. Même avant l'explosion, la crise économique, aggravée par la pandémie de Covid-19, avait provoqué la chute de 80 % de la valeur de la livre libanaise. Plus de la moitié de la population libanaise s’est trouvée dans une situation de pauvreté, et en avril, le ministre des Affaires sociales a même prédit que 75 % de la population pourrait avoir besoin d'aide. Human Rights Watch avait estimé, également en avril, que plus de la moitié de la population risquait de souffrir de la faim à moins que le gouvernement ne mette en place d’urgence un plan coordonné d'assistance.

Le gouvernement libanais devrait veiller à ce que les personnes touchées par l'explosion aient accès à un logement convenable, à de la nourriture, à l'eau et aux soins de santé. Les pays donateurs devraient veiller à ce que toute aide au Liban soit distribuée de manière transparente et fondée sur les principes humanitaires de neutralité, d'impartialité et d'indépendance et avec des garanties solides pour éviter tout risque de corruption. Une attention particulière devrait être accordée aux besoins des personnes les plus vulnérables, notamment les enfants, les travailleurs migrants et les réfugiés.

Une enquête indépendante avec la participation d'experts internationaux – comme le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la gestion et de l'élimination des produits et déchets dangereux - devrait être menée pour déterminer les causes de l’explosion dont les effets ont été mortels, et établir les responsabilités.

Communiqué complet en anglais : en ligne ici.

----------------

Articles

LibaNews    Euronews

Tweets

Your tax deductible gift can help stop human rights violations and save lives around the world.