Le défenseur émirati des droits humains Ahmed Mansoor, photographié lors d'un entretien avec des journalistes à Ajman, aux Émirats arabes unis, le 25 août 2016.

© 2016 AP Images

(Beyrouth, le 16 octobre 2019) - Les Émirats arabes unis devraient libérer l’éminent défenseur des droits humains Ahmed Mansoor, et mettre fin à son incarcération injuste avant son 50ème anniversaire le 22 octobre, ont déclaré 142 organisations dont Human Rights Watch dans un courrier adressé au président émirati, Cheikh Khalifa ben Zayed Al Nahyane.

L’état de santé de Mansoor, qui a été maintenu en isolement cellulaire pendant de longues périodes, est une source de grave préoccupation pour Human Rights Watch.

 « Alors que les EAU se présentent comme un État tolérant et respectueux des droits de ses citoyens, le défenseur des droits humains Ahmed Mansoor s’apprête à passer son cinquantième anniversaire en isolement cellulaire dans des conditions déplorables », a déclaré Sarah Leah. Whitson, directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch.

Le 20 mars 2017, les forces de sécurité ont arrêté Ahmed Mansoor, qui s’était exprimé pacifiquement en faveur de réformes. En mai 2018, ä l'issue d'un procès à huis clos, il a été condamné à 10 ans de prison pour avoir insulté le « statut et le prestige des Émirats arabes unis et leurs symboles ». Le 31 décembre 2018, la Cour suprême fédérale, juridiction de dernier ressort  dans les affaires de sûreté de l’État, a confirmé cette peine.

Parmi les autres organisations signataires de la lettre figurent Amnesty International et Gulf Center for Human Rights.

Communiqué en anglais :

www.hrw.org/news/2019/10/16/uae-free-unjustly-detained-rights-defender-ahmed-mansoor

----------------

Tweets