Décombres de l’usine de céramique Radfan à Matna, à l’ouest de Sanaa, au Yémen, suite à la frappe aérienne menée le 23 septembre 2015.

© 2015 Ali Muhammad al-Sawari

(Londres, le 5 novembre 2018) - Human Rights Watch, Amnesty International et RW UK ont reçu l’autorisation d’intervenir dans une action en justice contestant la vente d’armes par le Royaume-Uni à l’Arabie saoudite. Cette affaire sera entendue par la Cour d'appel en avril 2019.

La Campagne contre le commerce des armes (Campaign Against Arms Trade, CAAT) soutient que le gouvernement britannique enfreint ses propres critères en matière de licences d'exportation d'armes en continuant de vendre des armes à l'Arabie saoudite, compte tenu du risque évident que ces armes soient utilisées dans le cadre de violations graves du droit international humanitaire au Yémen. La Haute Cour de Londres a statué en 2017 que cette l'affaire était irrecevable, mais la CAAT a par la suite obtenu le droit de faire appel de cette décision, et les trois organisations ont à nouveau obtenu l'autorisation d'intervenir à ce sujet.

Fragment d'un missile britannique retrouvé près des décombres de l'usine de céramique de Radfan, à l'ouest de Sanaa, au Yémen, suite à une frappe aérienne mené le  23 septembre 2015.

© 2015 Ali Muhammad al-Sawari

« L’assassinat de Jamal Khashoggi à l’intérieur du consulat de l’Arabie saoudite à Istanbul, le 2 octobre, a mis en lumière le même problème d’absence d’enquête crédible et de responsabilité judicaire, qui a entaché la campagne militaire menée par le gouvernement saoudien au Yémen ces dernières années », a déclaré Clive Baldwin, conseiller juridique senior auprès de Human Rights Watch. « Le Royaume-Uni a contribué par le biais de ses ventes d'armes à une campagne qui a tué ou blessé des milliers de civils et a plongé le Yémen dans une situation désastreuse. »

Communiqué complet en anglais :

www.hrw.org/news/2018/11/05/legal-challenge-uk-arms-sales-saudis

Tweets :