Denis Mukwege et Nadia Murad ont reçu le prix Nobel de la paix 2018 pour leur travail visant à aider les survivantes de violences sexuelles en temps de guerre et à mettre fin à ces abus.

© 2014 Claude Truong-Ngoc/2017 Diputació de Barcelona/WikiCommons
En attribuant le prix Nobel de la Paix 2018 à Nadia Murad et au Dr Denis Mukwege, le Comité Nobel norvégien a pris une décision importante et opportune, celle d’honorer les survivantes de violences sexuelles en temps de guerre, ainsi que ceux et celles qui travaillent pour leur apporter de l’aide.
 
Victime de violences sexuelles devenue militante, Nadia Murad a apporté une lumière d’espoir aux milliers de survivantes de viols aux mains de l’organisation État Islamique (également connue sous le nom de Daech) : l’espoir qu’un jour justice leur serait rendue. Parmi les crimes commis par Daech figurent notamment le rapt d’environ 6 300 Yezidis, ainsi qu’un système de viol et d’esclavage sexuel organisé imposé à des femmes et des jeunes filles. Nadia Murad s’est adressée directement aux Nations Unies et aux gouvernements dans le monde entier pour évoquer leurs souffrances.
 
Les abus commis par Daech ont fait l’objet de nombreuses condamnations de la part de la communauté internationale, et des juges irakiens ont inculpé des milliers de suspects membres de Daech pour leurs liens avec le terrorisme, mais à notre connaissance pas un seul procès n’a entraîné de poursuites pour violences sexuelles.
 
Le Dr Denis Mukwege est un gynécologue renommé originaire de la République démocratique du Congo, et un fervent et courageux défenseur des droits humains. Prenant des risques personnels considérables, il dénonce l’omniprésence du viol comme arme de guerre, et la quasi impunité dont jouissent ceux qui commettent de tels crimes. Grâce au soutien de la Dutch Postcode Lottery, la Fondation Dr. Denis Mukwege et Human Rights Watch s’associent actuellement pour créer un mouvement mondial des survivantes, avec des efforts conjoints commençant au Nigeria et en République centrafricaine.
 
Son travail à l’hôpital de Panzi à l’est de la RD Congo a donné de l’espoir à d’innombrables survivantes de violences sexuelles, en leur permettant de reconstruire leurs vies, malgré les atrocités indicibles qu’elles avaient vécues. Ces femmes et ces filles ont été soignées, entendues, et peuvent désormais espérer que justice leur soit rendue grâce aux efforts inlassables du Dr Mukwege. Le prix est un hommage rendu non seulement au Dr Mukwege, mais à toutes ces femmes et ces filles.
 
Ce prix Nobel de la Paix est un message, affirmant que toutes les femmes qui subissent des violences sexuelles méritent que justice soit faite, et qu’elles ne devraient pas avoir à attendre davantage. Il intervient alors que les violences et le harcèlement sexuels ont reçu dans le monde entier une partie de l’attention que ces problèmes méritent, grâce au mouvement #MeToo. Ce choix résonne de façon particulièrement poignante aux États-Unis, où les autorités se sont montrées incapables d’enquêter convenablement sur des allégations d’agression sexuelle à l’encontre d’un candidat à la Cour Suprême.
 
Si le prix décerné aujourd’hui concerne les violences sexuelles dans les zones de conflit, il devrait stimuler les efforts pour combattre la violence et le harcèlement sexuels sur l’ensemble de la planète. En temps de guerre comme de paix, les victimes devraient être entendues, et les responsables traduits en justice.
 
------------------
 
Tweets