L'activiste vietnamien Nguyen Viet Dung tient une affiche résumant sa décision de ne pas voter lors des élections législatives de mai 2016 : « Voter est un droit, pas un devoir. Pas d’information [sur les candidats désignés par le parti] - Pas de vote ! »

© 2016 Nguyen Viet Dung

(New York) – Les autorités vietnamiennes devraient abandonner les charges retenues contre le défenseur des droits humains Nguyen Viet Dung et le libérer immédiatement, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. La police l'a arrêté en septembre 2017 et l'a inculpé de propagande contre l'État. Son procès devant le tribunal populaire de la province de Nghe doit débuter le 28 mars.

« Le Vietnam perd son temps en utilisant l'accusation discréditée de" propagande contre l'Etat "pour faire taire les dissidents », a déclaré Brad Adams, directeur de la division Asie à Human Rights Watch.

Nguyen Viet Dung, 32 ans, a été arrêté en avril 2015 après avoir participé à une manifestation pacifique en faveur de droits environnementaux à Hanoi et accusé de « trouble à l'ordre public » en vertu de l'article 245 du code pénal. Il aurait aussi tenté de créer, en 2015, un parti dénommé le Parti républicain du Vietnam visant à instaurer la démocratie dans ce pays.

En décembre 2015, Nguyen Viet Dung a été jugé par la Cour populaire de l’arrondissement de Hoan Kiem, à Hanoi, et condamné en première instance à une peine de 15 mois de prison. En mars 2016, cette peine a été réduite à 12 mois par une Cour d’appel. Il a par la suite déclaré à un journaliste indépendant que la police l'avait battu lors de son arrestation.

Il a été arrêté a nouveau en septembre 2017 et accusé de « propagande » contre l’État en vertu de l’article 88 du Code pénal.

Communiqué intégral en anglais :

www.hrw.org/news/2018/03/27/vietnam-drop-charges-against-rights-activist

-------------

Et aussi :