Un garçon et un jeune homme reçoivent des soins à l'Hôpital al-Quds à Alep, en Syrie peu après une attaque chimique perpétrée le 6 septembre 2016.

© 2016 Syria Civil Defense

(New York, le 28 septembre 2016) - Les forces gouvernementales syriennes ont apparemment utilisé des produits chimiques toxiques lors de deux récentes attaques à Alep, qui ont tué cinq civils et blessé des dizaines d’autres personnes, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. Par ailleurs l'État islamique (EI) aurait également utilisé des produits chimiques en tant qu’armes de guerre lors de récentes attaques, selon diverses sources.

En réponse aux dernières attaques, le Conseil de sécurité des Nations Unies devrait immédiatement imposer des sanctions ciblées à l’encontre des individus présumés responsables, et saisir la Cour pénale internationale de la situation en Syrie.

« Bien que l'ONU ait déjà dans le passé confirmé la responsabilité du gouvernement syrien dans des attaques chimiques contre des civils, Damas n'a pas cessé de mener ces actions criminelles », a déclaré Ole Solvang, directeur adjoint de la division Urgences à Human Rights Watch. « Le Conseil de sécurité pourrait empêcher de futures atrocités en s’assurant que le gouvernement syrien paye un prix pour son obstination à ignorer les résolutions du Conseil. »

Des hélicoptères du gouvernement syrien ont largué des barils d’explosifs contenant des produits chimiques toxiques sur les zones contrôlées par l'opposition depuis au moins le moins d’avril 2014. Human Rights Watch a précédemment documenté l’utilisation de produits chimiques en tant qu’armes de guerre en Syrie, en mai 2014, en avril 2015 et en juin 2015.

Le 7 août 2015, le Conseil de sécurité a adopté à l'unanimité sa Résolution 2235, qui appelle à la création d’un mécanisme d’enquête « chargé d’identifier dans toute la mesure possible les personnes, entités, groupes ou gouvernements qui ont perpétré, organisé ou commandité l’utilisation comme armes, en République arabe syrienne, de produits chimiques ».

La Convention sur l’interdiction des armes chimiques interdit l'utilisation de produits chimiques potentiellement toxiques, tels que le chlore, afin de tuer ou blesser des personnes. Les lois de la guerre qui s’appliquent en Syrie interdisent l'utilisation d'armes chimiques. Le recours à de telles armes, délibérément ou par imprudence, est susceptible de constituer un crime de guerre.

 

Communiqué intégral en anglais :
https://www.hrw.org/news/2016/09/28/syria-new-deadly-chemical-attacks