Cinq lauréats du Prix Alison Des Forges décerné en 2015 et en 2016. À gauche, Pierre Claver Mbonimpa (Burundi, 2016). Rangée du haut : Ratnaboli Ray (Inde, 2016), Nicholas Opiyo (Ouganda, 2015). Rangée du bas : Yonous Muhammadi (Grèce, 2016), Kalpona Akter (Bangladesh, 2016).

© 2014 Teddy Mazina, Byloom, Ilan. © 2016 Shariful Islam Sourav, Yonous Muhammadi

(New York) – Quatre courageux et inlassables défenseurs des droits humains ont été désignés lauréats pour l’année 2016 du prestigieux prix Alison Des Forges en récompense de leur engagement exceptionnel en faveur des droits humains, a annoncé Human Rights Watch aujourd’hui.

Les lauréats, qui figurent parmi les principales voix pour la justice dans leurs pays respectifs, sont : Kalpona Akter, qui en tant qu’enfant a travaillé dans des usines de confection du Bangladesh et a organisé des démarches communes de collègues en faveur de conditions de travail plus équitables ; Pierre Claver Mbonimpa, qui a consacré sa vie à dénoncer les violations des droits fondamentaux des prisonniers, des activistes et d’autres Burundais, quelle que soit leur situation sociale ou économique, ou leur appartenance politique ou ethnique ; Yonous Muhammadi, qui a fui les talibans en Afghanistan et a pu obtenir l'asile en Grèce, où il est devenu un défenseur de premier plan des droits des réfugiés dans ce pays; et Ratnaboli Ray, qui lutte pour établir en Inde un système de soins de santé respectueux des droits des personnes présentant des troubles mentaux.

« Le prix Alison Des Forges rend hommage à des individus qui ont consacré leurs vies à la défense de certaines des personnes les plus opprimées et vulnérables dans le monde », a déclaré Kenneth Roth, directeur exécutif de Human Rights Watch. « Les lauréats œuvrent jour après jour, avec courage et altruisme, dans des conditions souvent extrêmement difficiles et dangereuses. »

Le prix est nommé en l’honneur d’Alison Des Forges, conseillère senior à Human Rights Watch durant près de vingt ans, décédée le 12 février 2009 lors d’un accident d’avion dans l’État de New York. Alison Des Forges était la principale spécialiste mondiale du génocide de 1994 au Rwanda et de ses conséquences. Le prix, décerné chaque année par Human Rights Watch, rend hommage à son engagement exceptionnel en faveur de la défense des droits humains. Ce prix récompense le courage d’individus qui risquent leur vie pour façonner un monde exempt de violence, de discrimination et d’oppression.

Les quatre lauréats 2016 seront honorés lors des dîners annuels de Human Rights Watch « Des Voix pour la Justice », qui se tiendront dans plus de vingt villes à travers le monde. Ils seront rejoints par Nicholas Opiyo, de l'Ouganda, colauréat du prix 2015.

Kalpona Akter sera honorée à Genève; Pierre Claver Mbonimpa à Santa Barbara et à Paris ; Yonous Muhammadi à Los Angeles, dans la Silicon Valley et à San Francisco; et Ratnaboli Ray à Toronto. Nicholas Opiyo sera honoré lors d'un dîner à Munich.

Pour de plus amples informations sur les lauréats, veuillez consulter les notices biographiques ci-après ou suivre le lien : https://www.hrw.org/join-us/voices-for-justice

Quatre lauréats 2016 :

Kalpona Akter, Bangladesh

Kalpona Akter a travaillé dans son enfance durant de longues heures dans les ateliers de confection du Bangladesh. En dépit de représailles exercées contre elle pour avoir organisé des démarches communes de travailleurs de l’industrie du vêtement, elle n’a jamais renoncé à lutter pour le respect des droits et de conditions de travail plus équitables. Human Rights Watch rend hommage à Kalpona Akter pour sa défense des droits des travailleurs dans les ateliers de confection du Bangladesh.

Pierre Claver Mbonimpa, Burundi

Pierre Claver Mbonimpa a consacré sa vie à dénoncer les violations des droits fondamentaux des prisonniers, des activistes et d’autres Burundais, quelle que soit leur situation sociale ou économique, ou leur appartenance politique ou ethnique. Son travail a fait de lui la cible d’une tentative d'assassinat en 2015, à laquelle il a survécu de justesse. Human Rights Watch rend hommage à Pierre Claver Mbonimpa pour son courage extraordinaire face à la répression brutale de la liberté d'expression au Burundi.

Yonous Muhammadi, Grèce

Yonous Muhammadi est un défenseur de premier plan des droits des réfugiés en Grèce, où il a obtenu l'asile après avoir fui les talibans en Afghanistan. Il mène des activités de sensibilisation auprès des réfugiés pour les informer de leurs droits en Grèce, leur donner accès à des soins de santé, et remédier à l'insuffisance des conditions d’accueil. Human Rights Watch rend hommage à Yonous Muhammadi pour son courage inébranlable et son engagement en faveur des droits des réfugiés, des demandeurs d'asile et des migrants en Grèce et dans toute l'Europe.

Ratnaboli Ray, Inde

Depuis plus de deux décennies, Ratnaboli Ray est une ardente militante des droits des personnes présentant des troubles mentaux en Inde. Ray est le fer de lance des efforts visant à mettre fin aux abus perpétrés dans les établissements gouvernementaux, à lutter contre la stigmatisation, et à garantir le développement de compétences. Human Rights Watch rend hommage à Ratnaboli Ray pour son leadership dans la lutte – souvent à ses risques et périls – pour favoriser en Inde la mise en place d’un système de soins de santé mentale fondée sur les droits des patients.

Colauréat 2015 :

Nicholas Opiyo, Ouganda

Nicholas Opiyo est un défenseur de premier plan des droits humains et le fondateur de Chapter Four Ouganda, une organisation de défense des droits humains. Il a relevé avec succès plusieurs défis considérables sur le plan constitutionnel, notamment contre la loi anti-homosexualité de 2013, de triste notoriété, déclarée nulle et non avenue en août 2014. Human Rights Watch rend hommage à Nicholas Opiyo pour son dévouement indéfectible en faveur de la défense des droits de tous les Ougandais et d’un accès universel