(Kaboul, le 5 janvier 2016) - Le gouvernement afghan devrait s’assurer de la participation de femmes à la prochaine réunion internationale sur le processus de paix en Afghanistan, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui.

Des représentants de l'Afghanistan, du Pakistan, des États-Unis et de la Chine doivent se réunir le 11 janvier dans la capitale du Pakistan, Islamabad, afin de reprendre les pourparlers de paix qui ont été suspendus en juillet dernier, suite à l’annonce du décès du chef des talibans afghans, le mollah Omar.

Réunion à Kaboul (Afghanistan) de la « Loya Jirga », « grande assemblée » composée majoritairement d’hommes, le 24 novembre 2013.

© 2013 Reuters

« L’engagement qu’avait pris le président afghan Ashraf Ghani à inviter des femmes à participer aux pourparlers de paix est resté lettre morte à ce jour », a déclaré Heather Barr, chercheuse auprès de la division Droits des femmes à Human Rights Watch. «  La réunion du 11 janvier est une occasion de montrer que son gouvernement est réellement prêt à permettre la pleine participation de femmes aux futures négociations. »

Des militantes afghanes des droits des femmes ont exprimé depuis quelques années leur inquiétude quant au risque que le gouvernement afghan accepte de faire reculer ces droits dans le cadre de leur recherche d’un accord avec les talibans.

Les militantes afghanes des droits des femmes ont appelé à plusieurs reprises appelé au respect de là Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies et des résolutions ultérieures. La Résolution 1325, adoptée en 2000, a joué un rôle historique en soulignant « l’importance de la participation des femmes à toutes les mesures de maintien de la paix et de consolidation de la paix » en Afghanistan.

Communiqué intégral en anglais :

https://www.hrw.org/news/2016/01/04/afghanistan-include-women-new-peace-talks