Skip to main content

Nigeria : condamnation de la première exécution selon la Charia

(New York, 8 janvier 2002) - Les autorités nigérianes ne devraient pas appliquer les sentences de mort décidées par les cours islamiques locales comme cela s'est produit le 3 janvier, avec l'exécution d'un homme dans l'état de Katsina, au nord du pays, a déclaré aujourd'hui Human Rights Watch.

Cette peine capitale est la première mise à exécution depuis que la Charia (loi islamique) a été étendue aux délits dans plusieurs états du nord du Nigeria.

Plusieurs autres personnes au Nigeria ont été condamnées à mort par des cours opérant selon la Charia - sans avoir été exécutées à ce jour - dont une femme enceinte dans l'état de Sokoto. En octobre 2001, cette dernière a été reconnue coupable de relations sexuelles pré-maritales. Les cours opérant selon la Charia ont également condamné des accusés à d'autres sanctions cruelles, dont des flagellations et des amputations.

"La peine de mort est une sanction inhumaine, dégradante et cruelle qu'aucune circonstance ne peut justifier, quelle que soit la brutalité du crime dont est accusé le prévenu," a déclaré Peter Takirambudde, Directeur Exécutif de la Division Afrique de Human Rights Watch. "Nous craignons que cette première exécution selon la Charia au Nigeria ne soit le signal d'une volonté des autorités d'exécuter à l'avenir d'autres sentences de mort."

L'accusé, Sani Yakubu Rodi, âgé de 21 ans a été pendu dans la prison de Kaduna, le 3 janvier 2002. Une cour opérant selon la Charia dans l'état de Kasina l'a déclaré coupable du meurtre d'une femme et de ses deux enfants : un garçon de quatre ans et une fillette de trois mois. Les victimes ont été poignardées à leur domicile. Sani Yakubu Rodi aurait été capturé sur les lieux du meurtre et immédiatement arrêté par la police.

Sani Yakubu Rodi n'a bénéficié d'aucune représentation légale à aucune étape du procès. Il aurait apparemment déclaré à la cour qu'il souhaitait assurer lui-même sa défense. Lors de la première audience le 5 juillet, il a plaidé non coupable. Cependant, lors d'une autre audience le 4 septembre, il a modifié sa position et a plaidé coupable. La cour l'a condamné à mort le 5 novembre. Il n'a pas choisi de faire appel et sa sentence de mort a été ensuite confirmée puis sa mise à exécution autorisée par le Gouverneur de l'état de Katsina.

Human Rights Watch appelle le gouvernement du Nigeria et le pouvoir judiciaire à mettre un terme à l'imposition de sanctions cruelles et à s'assurer que les normes internationales en matière de procès équitable sont garanties dans toutes les cours, y compris dans celles opérant selon la Charia. Human Rights Watch appelle également les gouverneurs d'état - qui sont responsables des décisions finales dans les cas de peine capitale - à commuer toute peine de mort future.

Human Rights Watch met également en garde contre le fait que les exécutions selon la Charia ne peuvent que contribuer à l'aggravation des tensions entre musulmans et non musulmans dans le nord du Nigeria. Au cours des derniers mois, de violents affrontements religieux se sont produits entraînant morts et destructions.

Your tax deductible gift can help stop human rights violations and save lives around the world.

Région/Pays