Haïti fait face à une crise politique, constitutionnelle, humanitaire et sécuritaire prolongée. Le président Jovenel Moïse, qui avait pris ses fonctions en 2017, a été assassiné le 7 juillet 2021. Des activistes de la société civile ont exprimé leur inquiétude quant aux atteintes portées aux pouvoirs de la branche législative et à l'indépendance judiciaire. Les autorités haïtiennes ont imposé des restrictions minimales pour empêcher la propagation du Covid-19. L'augmentation de la violence des gangs, les conditions de surpeuplement qui fragilisent le système pénitentiaire,  ainsi que la hausse du nombre d’enlèvements et de disparitions forcées, continuent d’être d’importantes sources de préoccupation en matière de droits humains.

Communiqués