Skip to main content

Somalie : Libérer un journaliste détenu

Abdalle Ahmed Mumin, défenseur respecté des droits des médias, est emprisonné à Mogadiscio

Abdalle Ahmed Mumin, Secrétaire général du Syndicat des journalistes somaliens, s’exprimait lors d'une conférence de presse avec d'autres membres de l'Association des médias somaliens et de la Fédération des journalistes somaliens à Mogadiscio, le 18 mai 2020. © 2020 Syndicat des journalistes somaliens (SJS)

(Nairobi, le 14 octobre 2022) – Les autorités somaliennes devraient immédiatement libérer un éminent journaliste et défenseur des droits des médias qui est détenu et visé par une enquête sur des allégations apparemment politiquement motivées, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. Arrêté le 11 octobre 2022, Abdalle Ahmed Mumin est actuellement détenu par les autorités policières dans la capitale, Mogadiscio, après avoir été initialement détenu par les services de renseignement.

Abdalle Ahmed Mumin est le secrétaire général du Syndicat des journalistes somaliens et un journaliste indépendant expérimenté. Le 11 octobre, en fin d'après-midi, des membres de l'Agence nationale de renseignement et de sécurité (National Intelligence and Security Agency, NISA) l'ont arrêté à l'aéroport international d'Aden Adde, alors qu'il s'apprêtait à embarquer sur un vol pour Nairobi.

« L’enfermement d'un défenseur engagé des droits des médias tel qu'Abdalle Ahmed Mumin envoie un message effrayant à tous les journalistes en Somalie », a déclaré Laetitia Bader, directrice pour la Corne de l'Afrique à Human Rights Watch. « Les autorités devraient immédiatement libérer Abdalle et créer un environnement sûr et ouvert pour les médias. »

Le 8 octobre, le ministère de l'Information a publié une directive interdisant la « diffusion de messages sur des idéologies extrémistes, par les médias traditionnels ainsi que sur les médias sociaux », et a annoncé la suspension de « plus de 40 pages de médias sociaux où des terroristes ont répandu des messages d'intimidation, d'incitation, et contenant de mauvaises informations ». Le 10 octobre, le Syndicat des journalistes somaliens (SJS) et quatre autres organisations médiatiques ont publié une déclaration exprimant leur inquiétude au sujet du risque que cette directive ne restreigne les libertés légitimes d'expression et des médias.

Communiqué complet en anglais : en ligne ici.

………..

Tweets

Your tax deductible gift can help stop human rights violations and save lives around the world.

Région/Pays