Skip to main content

Dans le nord-est du Nigeria, Boko Haram est suspecté de meurtres horribles

Les autorités devraient accorder une haute priorité à la protection des civils

Funérailles de victimes de combattants présumés de Boko Haram, qui ont été enterrées dans le village de Zabarmari (État de Borno), dans le nord-est du Nigeria, le 29 novembre 2020. Ces funérailles ont eu lieu au lendemain d’une attaque brutale menée contre des fermiers travaillant dans des rizières de Koshobe, un village voisin. © 2020 AP Photo/Jossy Ola

Samedi dernier, des combattants présumés du groupe armé Boko Haram auraient tué au moins 70 civils, pour la plupart des ouvriers agricoles qui travaillaient dans une rizière. Les assaillants ont ligoté de nombreuses victimes avant de les égorger, selon les médias. Cette dernière attaque horrible a eu lieu dans la zone de Jere, près de Maiduguri, la capitale de l'État de Borno qui est situé dans le nord-est du Nigeria. Cet État est l’épicentre d’un conflit dure déjà depuis quelques décennies.

L'ONU a décrit cet incident comme l'attaque la plus violente contre des civils au Nigeria cette année, et a appelé à ce que les auteurs soient traduits en justice.

Boko Haram, ainsi qu’une faction dissidente dénommée Province de l'État islamique d'Afrique de l'Ouest (ISWAP), ont poursuivi leurs attaques contre des cibles militaires et civiles, et des membres d’organisations humanitaires tout au long de l’année. Ces groupes ont tué au moins 363 civils entre janvier et septembre. 

Pourtant, malgré les problèmes de sécurité persistants, les autorités de l'État de Borno ont annoncé en août qu’elles encourageraient près de deux millions de personnes ayant fui à Maiduguri et vers d'autres régions, à retourner dans leurs communautés.

Les attaques incessantes contre des civils dans le nord-est du Nigeria ont conduit à des appels au président Muhammadu Buhari afin qu’il nomme de nouveaux commandants de l’armée, et mette en place un système de sécurité plus efficace qui permettrait de sauver des vies humaines.

Les autorités nigérianes devraient accorder une haute priorité à la protection des civils, et cesser de forcer des habitants à retourner dans des zones où ils seraient confrontés à de graves risques. Trop de civils meurent, et il est temps que l’État nigérian agisse plus vigoureusement pour les protéger.

Texte complet en anglais : en ligne ici.

---------------------

Articles

Le Monde    TV5Monde    BBC Afrique   VOA Afrique

Courrier Int.    

Tweets

 

Your tax deductible gift can help stop human rights violations and save lives around the world.

Région/Pays