Skip to main content

Au Pakistan, la fermeture de maternités met des femmes en danger

Les autorités devraient plutôt protéger les travailleurs de la santé exposés au risque de Covid-19, afin qu’ils puissent fournir ces soins médicaux essentiels

Deux femmes pakistanaises, photographiées à leur sortie de l'hôpital Aga Khan à Karachi, le 27 février 2020. © 2020 AP Photo/Fareed Khan

Avec l'un des taux de mortalité maternelle les plus élevés en Asie du Sud, le Pakistan était déjà confronté à une crise dans ce domaine, même avant la pandémie de Covid-19. Mais la récente annonce de la fermeture de maternités dans la capitale du pays, Islamabad, et dans la province de Khyber-Pakhtunkhwa, risque d’exacerber une situation déjà très difficile, en particulier pour les femmes et les filles de milieux défavorisés.

Les autorités pakistanaises ont expliqué qu'elles ont dû procéder à la fermeture de ces maternités, en raison du nombre élevé de membres du personnel médical ayant reçu un diagnostic de Covid-19.

Mais au lieu de fermer les maternités et de couper l'accès à d’autres soins de santé essentiels, le gouvernement pakistanais devrait mieux protéger le personnel de la santé.

Au 7 mai, plus de 500 travailleuses et travailleurs de la santé avaient été infectés par le Covid-19 au Pakistan. Mais au lieu de tout mettre en œuvre pour mieux les protéger, les autorités pakistanaises ont voulu réduire au silence des médecins et leurs collègues qui exprimaient publiquement leurs préoccupations, les menaçant parfois de poursuites judiciaires.

Le 6 avril à Quetta, dans la province du Baloutchistan, la police a arrêté 150 médecins et membres du personnel médical qui manifestaient contre le manque d'équipement de protection individuelle (EPI), après que 13 médecins de cette ville eurent contracté le coronavirus. Toutes les personnes arrêtées ont ensuite été libérées. Dans la province du Pendjab, des médecins ont entamé des grèves de la faim symboliques pour attirer l'attention sur le manque d'EPI dans leurs propres hôpitaux.

Les soins de santé sexuelle et génésique, y compris les soins de grossesse et d'accouchement, sont des services médicaux essentiels. Les membres du personnel de la santé qui dispensent ces soins devraient être mieux protégés, notamment en leur facilitant l’accès aux équipements de protection requis. Une autre mesure essentielle serait d’aider les centres à isoler les patientes présentant des symptômes de Covid-19, afin de prévenir le risque d’infection pour les autres patientes, et pour le personnel médical.

Texte complet en anglais : en ligne ici.

---------------

Tweets

Your tax deductible gift can help stop human rights violations and save lives around the world.

Région/Pays