Robert Bernstein, cofondateur de Human Rights Watch. 

© 1997 Viviane Moos / Corbis via Getty Images

(New York) - Human Rights Watch a accueilli avec tristesse la nouvelle du décès de Robert L. Bernstein, éditeur renommé et défenseur des droits humains qui a cofondé diverses organisations qui ont fini par fusionner pour devenir Human Rights Watch. Bernstein a été jusqu'en 1990 le premier président du conseil d'administration de Human Rights Watch, dont il ensuite été élu président fondateur émérite. Il est décédé le 27 mai 2019 à l'âge de 96 ans.

« Bob Bernstein avait la vision requise pour défendre les droits humains sur le plan international, à une époque quand peu de personnes accordaient beaucoup d’importance à cet objectif », a déclaré Kenneth Roth, directeur exécutif de Human Rights Watch. « Il était particulièrement attaché à la défense des dissidents qui avaient le courage de s’opposer aux gouvernements répressifs, les soutenant avec créativité et énergie. »

Devenu président de la maison d’édition Random House en 1966, Bernstein a publié des ouvrages d’activistes persécutés comme le Russe Andrei Sakharov, le Tchèque Vaclav Havel et le Chinois Wei Jingsheng,  leur permettant ainsi d’atteindre une audience mondiale.

En 1978, Robert Bernstein, Aryeh Neier et Jeri Laber ont cofondé Helsinki Watch, une petite organisation à but non lucratif dotée d'une mission importante : surveiller le respect par les gouvernements du bloc soviétique des Accords d'Helsinki de 1975, notamment des dispositions relatives aux droits humains. Dans les années 1980, d’autres « comités de surveillance » comme Americas Watch ou Middle East Watch furent créés, avant de fusionner en 1991 sous le nom de Human Rights Watch.

Communiqué complet en anglais :

www.hrw.org/news/2019/05/28/human-rights-watch-mourns-founder-robert-bernstein

Dans les médias

Le Figaro   Paris Match   Le Parisien

HuffingtonPost    Magazine24

Tweets