Anselme Mutuyimana. 

© Forces Democratiques Unifiées (FDU) / Rwanda

Le décès, en fin de semaine dernière, d’un assistant de la dirigeante d’opposition rwandaise Victoire Ingabire a eu un effet glaçant parmi les personnes qui osent encore contester le statu quo actuel au Rwanda. L’enquête des autorités sur la mort d’Anselme Mutuyimana, qui avait été libéré de prison il y a seulement six mois, devrait être indépendante et transparente.

Selon une déclaration publiée par le parti non enregistré de Mme Ingabire, le FDU-Inkingi, le cadavre de Mutuyimana, découvert dans une forêt du nord-ouest du Rwanda, présentait des signes d’étranglement. Le Bureau d’enquêtes rwandais (Rwanda Investigation Bureau, RIB) a déclaré à l’agence Reuters qu’il avait ouvert une enquête.

La mort de Mutuyimana s’ajoute à une longue série de meurtres, de disparitions forcées, d’arrestations effectuées pour des motifs politiques et de détentions illégales au Rwanda, en particulier de personnes soupçonnées d’être des opposants au gouvernement, y compris de membres du FDU-Inkingi.

Anselme Mutuyimana avait été arrêté une première fois en 2012, sous l’accusation d’avoir tenu une réunion illégale dans un bar. En janvier 2014, il avait été déclaré coupable d’incitation à l’insurrection, en même temps que le Secrétaire général du FDU-Inkingi, Sylvain Sibomana. Mutuyimana a été remis en liberté en août 2018, tandis que Sibomana continue de purger sa peine.

Victoire Ingabire a été condamnée à 15 ans de prison pour incitation à l’insurrection, après qu’elle eut tenté de prendre part à l’élection présidentielle de 2010. Elle a purgé six ans de cette peine avant d’être remise en liberté en septembre 2018, quand le président du Rwanda, Paul Kagame, a amnistié plus de 2 000 détenus.

Et la liste continue.

En octobre 2018, le chef adjoint du FDU-Inkingi, Boniface Twagirimana, a « disparu » de sa cellule dans la prison de Mpanga, dans le sud du Rwanda. Il avait été inculpé, en même temps que plusieurs autres membres de son parti, d’atteintes à la sécurité de l’État, dans le cadre d'une vaste répression de l’exercice de la liberté d’expression après les élections de 2017.

Et en mars 2016, une activiste politique membre du FDU-Inkingi, Illuminée Iragena, a été portée disparue, très probablement après avoir été victime d’une disparition forcée dans un lieu de détention gouvernemental non officiel.

Il est à craindre qu’Illuminée Iragena et BonifaceTwagirimana soient tous deux morts. 

La triste réalité semble être que s’opposer au gouvernement au Rwanda demeure une entreprise dangereuse. 

---------------

Tweet