Image satellite montrant la destruction quasi-totale du village rohingya de Chein Khar Li, dans l’État de Rakhine, en Birmanie (Myanmar).

© 2017 DigitalGlobe
(New York, le 2 septembre 2017) - De nouvelles images satellite révèlent que plusieurs centaines de maisons ont été détruites par le feu dans l'État de Rakhine en Birmanie, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. Ces images font état d’incendies ayant touché environ 700 maisons du village de Chein Khar Li dans le district de Rathedaung, habité par des membres de la communauté musulmane Rohingya, soit la destruction quasi-totale du village.

Le gouvernement birman devrait d’urgence permettre à des experts indépendants de déterminer les causes de ces incendies et d’examiner les allégations de graves violations des droits humains contenues dans des témoignages livrés par des réfugiés rohingyas ayant fui vers le Bangladesh, a ajouté Human Rights Watch.

« Ces nouvelles images satellite qui montrent la destruction d'un village rohingya soulèvent de profondes inquiétudes quant à l’ampleur de la dévastation dans l'État de Rakhine, dans le nord du pays », a déclaré Phil Robertson, directeur adjoint de la division Asie à Human Rights Watch.

Cette nouvelle analyse fait suite à de précédentes images satellite montrant la dévastation causée par des incendies dans 17 autres villages de l'État de Rakhine entre le 25 et le 30 août 2017. Ces incendies ont eu lieu après une série d'attaques menées le matin du 25 août par des combattants de l'Armée du salut rohingya de l'Arakan  (Arakan Rohingya Salvation Army, ARSA) contre des postes de police, une base militaire et des bureaux du gouvernement birman.

Le Comité d’information du gouvernement birman a imputé la responsabilité des incendies aux combattants de l'ARSA, voire à des villageois rohingyas – accusés de mettre le feu à leurs propres maisons – sans toutefois fournir la moindre preuve de ces allégations.

De nombreux Rohingyas ayant fui leurs villages dans l’État de Rakhine et cherché refuge au Bangladesh ont déclaré à Human Rights Watch que des soldats et policiers birmans avaient incendié leurs maisons et attaqué les villageois. Plusieurs d’entre eux portaient des traces de récentes blessures par balles ou par d'éclats d'obus.

Le gouvernement birman devrait immédiatement accorder des visas aux trois experts de la mission d'établissement des faits mise en place par le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, a déclaré Human Rights Watch.

Communiqué integral en anglais:

www.hrw.org/news/2017/09/02/burma-satellite-images-show-massive-fire-destruction

Dans les médias :

Challenges/Reuters    Euronews    RTL.be    Boursorama/AFP

Medyaturk.info    El Watan   Le Temps   LeSoleil.sn