(Beyrouth, le 16 novembre 2016) - L'analyse d’images satellite renforce les conclusions selon lesquelles les dommages subis le 26 octobre par un complexe scolaire dans la ville de Haas, située dans la province d’Idlib dans le nord de la Syrie, ont été causés par des frappes aériennes survenues dans le cadre des opérations militaires menées conjointement par la Syrie et la Russie, a indiqué Human Rights Watch aujourd’hui dans une lettre adressée au ministère russe de la Défense. Ce complexe scolaire était constitué d’un jardin d'enfants, d’une école primaire, de deux collèges et d’un lycée, selon les explications de témoins interrogés par téléphone. Les attaques ont également frappé d'autres infrastructures civiles situées à proximité.

Le ministère de la Défense russe a nié que ces attaques contre Haas – une ville contrôlée par l'opposition – aient eu lieu, en diffusant deux images fixes extraites d’une vidéo prise par un drone de surveillance. Les responsables militaires russes ont rejeté les constats d’un rapport publié le 6 novembre par Human Rights Watch, basé sur des entretiens avec des témoins, et qui avait conclu que l’attaque contre le complexe scolaire à Haas avait tué des dizaines de personnes, la plupart des écoliers. Mais les images de drones présentées par le ministère de la Défense russe montrent, voire marquent, des dommages qui correspondent aux dommages visibles dans l'imagerie satellitaire analysée par Human Rights Watch. Le rapport de Human Rights Watch était également basé sur des examens de plusieurs vidéos de l'attaque et une entrevue avec l'un des vidéastes.

« Les récents démentis du gouvernement russe sont contredits par les déclarations de témoins que corroborent des vidéos, des images satellite et des images enregistrées par des drones », a déclaré Bill Van Esveld, chercheur senior auprès de la division Droits des enfants à Human Rights Watch. « Ces démentis constituent une insulte à l’égard des victimes et reflètent l'impunité et la désinformation liées au conflit en Syrie. »

Images satellite et images extraites de vidéos :

Images satellite et images de vidéos montrant 4 frappes aériennes menées contre le complexe scolaire à Haas (Syrie) le 26 octobre 2016 : Frappe 1 (carrefour au nord de l'école) – Frappe 2 (complexe scolaire, côté nord) – Frappe 3 (complexe scolaire, côté sud) - Frappe 4 (maisons et verger à l'est de l'école).

Des images satellite de Haas prises le 5 novembre révèlent des dommages conformes à l’impact de quatre frappes aériennes : deux frappes contre des écoles faisant partie du complexe scolaire, une frappe ayant touché un carrefour situé à une centaine de mètres au nord, et une frappe ayant endommagé deux bâtiments situés près d’un verger à une centaine de mètres à l’est. Human Rights Watch a comparé ces images à d’autres images satellite prises le 22 avril, avant l’attaque, qui n'ont révélé aucun dommage de ce type.

Les dégâts révélés par les images satellite sont conformes aux informations fournies par plusieurs vidéos et photographies diffusées peu après les frappes. Par exemple, une vidéo mise en ligne sur YouTube le 26 octobre par le groupe Kafranabel Media Center – qui soutient l’opposition – montre la descente d'une munition attachée à un parachute, suivie de son explosion.

Une autre vidéo diffusée par le centre média des Forces révolutionnaires de Syrie montre un avion SU-24 volant à moyenne altitude, puis une explosion et un nuage de fumée s'élevant au-dessus de bâtiments lointains. La topographie et les bâtiments visibles dans cette vidéo semblent correspondre à l'imagerie satellitaire de Haas. Seules les forces armées russes et syriennes mènent des frappes aériennes en Syrie en utilisant des avions de la série SU-24.

Communiqué intégral en anglais :

www.hrw.org/news/2016/11/16/russia/syria-satellite-video-imagery-confirm-school-attack